Le Groupe d’action financière (GAFI) a placé le Maroc sous surveillance pour manquement dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Le Maroc fait ainsi son entrée dans la « liste grise » des pays présentant des « déficiences stratégiques ».

A l’issue d’une réunion plénière, l’organisme intergouvernemental a ajouté le Maroc et trois autres pays, qui sont le Sénégal, le Burkina Faso et les îles Caïmans, à la « liste grise » des pays présentant des « déficiences stratégiques », en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Le Maroc figure parmi les juridictions soumises à une surveillance accrue.

Ces pays sont appelés à mettre en œuvre des plans d’action pour améliorer leur situation. Ils travailleront avec le GAFI sur des plans visant à remédier aux lacunes identifiées dans les délais convenus et sous réserve de contrôles supplémentaires, a expliqué le Groupe d’action financière. Le Maroc sera appelé à soumettre des rapports périodiques au Groupe d'action financière, afin de passer en revue les mesures prises dans ce cadre. Le pays avait fait l’objet, en décembre dernier, d’un rating du GAFI.

L’Iran et la Corée du Nord sur la liste noire

Lors de sa précédente réunion plénière en octobre, le GAFI a identifié des progrès réalisés par la plupart des autres pays sur cette liste grise, à savoir l’Albanie, la Birmanie, le Botswana, le Cambodge, le Ghana, l’Ile Maurice, le Nicaragua, le Pakistan, le Panama, l’Ouganda et le Zimbabwe.

L’Iran et la Corée du Nord restent, pour leur part, sur la liste noire des pays non coopératifs en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et la prolifération d’armes de destruction massive. A souligner qu’une entrée ou sortie d’une liste GAFI n’est jamais définitive, puisque ces listes sont régulièrement mises à jour pour évaluer la conformité au règlement existant.

Lire aussi : Algérie : 16 tonnes de kif traité et 18 kilos de cocaïne parvenus du Maroc