Le secteur de l'informel prend une place prépondérante dans l'économie algérienne. L'argent généré par ce secteur échappe à tout contrôle. Il circule hors des circuits bancaires. Les chiffres de la banque d’Algérie, rendus publics le 1er mars, ont révélé une hausse conséquente de la masse monétaire circulant en dehors du secteur bancaire. Cette masse a atteint 6140,7 milliards de dinars (près de 60 milliards de dollars) à la fin de l’année 2020. Soit une hausse de 12,93% durant une seule année.

Ainsi, l’argent thésaurisé et qui alimente le secteur de l’informel a atteint 34,73% de la masse monétaire à la fin de l'année 2020, alors qu'il représentait 32,94% à fin 2019. Les chiffres de la Banque d’Algérie sur l’évolution des situations monétaire et jurisprudentielle pour la fin de l’année 2020 indiquent une « expansion » de la masse monétaire 2, qui a enregistré une hausse de 7,12% à la fin 2020 par rapport à la fin 2019, cumulant ainsi « un montant de 17 682,7 milliards de dinars contre 16 506,6 milliards de dinars à fin 2019 ».

Le marché est dominé par l'informel

Cette situation a fait réagir le consultant en management Mohmed Saïd Kahoul. Ce dernier a estimé, dans une déclaration donnée au journal El Watan, que « la croissance de la masse monétaire circulant en dehors du circuit bancaire est logique par la nature du marché dominé par l’économie informelle ». Il a expliqué qu'à « chaque fois que l’Etat injecte de l’argent dans le marché, une partie va renforcer l’informel ». L’économiste impute cette hausse de la masse monétaire sur le circuit informel à la baisse des « taux des réserves obligatoires (TRO) à 2%, qui va aussi voir une partie rejoindre l’informel, parce qu’il libère une partie des réserves ».

À lire aussi :  Des députés demandent la fermeture du Square Port-Saïd et autres places d'échange de devises au noir

Par ailleurs, la Banque d’Algérie a révélé que les dépôts bancaires pour l’année 2020 avaient poursuivi leur baisse, mais avec un rythme moins important. Ainsi, les dépôts à vue ont diminué de 3,22%, contre -19% à fin 2019, passant de 4351,2 milliards de dinars fin 2019 à 4211 milliards de dinars fin 2020.

Lire aussi : Chute de liquidité à la banque d’Algérie