L'Algérie est le 6e importateur d'armes mondial, selon des statistiques de la période 2015/2019, présentées dans le classement de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI). Selon le classement rendu public ce lundi 15 mars, les importations algériennes ont fortement augmenté durant la même période, comparativement à celles de 2011/2015.

Selon les données présentées par le SIPRI, les importations algériennes en armement représentent 4.3% des importations mondiales globales. Aussi, le SIPRI affirme que l'Algérie a augmenté ses importations d'armes de 64%, par rapport à celles comprises entre 2011 et 2015.

En ce qui concerne l'origine de ces importations, le même rapport indique que les Russes sont les plus grands fournisseurs d'armes de l'Algérie, avec 69% de ses importations globales. Suivent ensuite l'Allemagne et la Chine, avec respectivement 12% et 9.9% des importations d'armes.

En outre, dans un communiqué de presse rendu public le même jour, cette institution suédoise affirme que si l'Algérie a augmenté ses importations d'armes de 64 %, son voisin de l'ouest, le Maroc, a baissé ses importations de 60%.

Le SIPRI a donné plusieurs éléments d'analyse, tirés des données chiffrées qu'il a pu obtenir. Il indique, par exemple, que les importations d'armes ont baissé de 13% en Afrique, de 43% dans les Amériques et de 8.3% en Asie et en Océanie. C'est ce qui explique probablement la baisse sensible enregistrée par les exportations de la Russie et la Chine, principaux fournisseurs des pays de ces régions du monde.

Il a également relevé la course effrénée à l'armement enregistrée dans certains pays du Moyen-Orient. L'Arabie saoudite est le premier importateur d'armes au monde avec une hausse de 61% de ses importations. Non loin de là, son ennemi juré, le Qatar, les a augmentées de 361%.

Aussi, les importations d’armes de l’Égypte ont augmenté de 136 %. Les Égyptiens, engagés dans un bras de fer avec les Turcs sur les ressources en hydrocarbures en Méditerranée orientale, ont investi massivement dans ses forces navales, précise encore le SIPRI.

Lire aussi : L’Algérie poursuit sa course à l’armement