Un membre du Comité scientifique de suivi du coronavirus en Algérie a critiqué le ministère de la Santé dans le dossier relatif à la campagne de vaccination contre le coronavirus. Il s'agit du Dr Mohamed Bekkat Berkani qui incombe au département de Abderrahmane Benbouzid la responsabilité dans le retard qu'accuse cette opération de santé publique en Algérie. 

« La responsabilité du ministère est totalement engagée, dans la mesure où il s’est longtemps confiné aux mesures prudentielles (dans la commande des vaccins, ndlr) en comptant sur le système Covax. La vaccination est stratégique et on nous a fait rater le coche. Maintenant les responsabilités doivent être déterminées », affirmait jeudi 18 mars Bekkat Berkani, cité par le média électronique TSA.

« Nous n’avons aucune idée du déroulement de la campagne de vaccination »

Le membre du Comité scientifique, également le président de l’Ordre national des médecins, persiste : « La faille dans notre lutte anti-Covid c’est la vaccination », rappelant que l'Algérie est en retard dans l'acquisition du vaccin. « On n’a pas prévu d’acheter les vaccins au moment où il le fallait. Il a fallu que le président de la République, en convalescence en Allemagne, dise qu’il faut vacciner en janvier. Hélas, c’était trop tard. Tout le monde avait acheté », explique-t-il. Pis, le praticien avoue ne pas savoir où en est la campagne de vaccination en Algérie, tout comme il dit n'avoir aucune idée sur son déroulement.

À lire aussi :  La harga devient un projet familial en Tunisie

Pour rappel, l'Algérie a lancé sa campagne de vaccination contre la Covid-19 le 31 janvier dernier. Jusqu'à la semaine dernière, seulement 75 000 personnes ont été vaccinées à travers tout le pays. C'est ce qu'avait révélé, le 14 mars, le Pr Ryad Mahiaoui, également membre du Comité scientifique de lutte contre le coronavirus. Un chiffre qui en dit long sur le retard qu'accuse l'Algérie dans cette opération de santé publique.

Lire aussi : Covid-19 : L’Algérie ne va pas suspendre la vaccination par AstraZeneca