Le chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, le docteur Mohamed Yousfi a annoncé ce mercredi 24 mars que seulement 0.17 % de la population algérienne a été vaccinée contre la Covid-19. Il a indiqué lors de son passage à la radio nationale chaîne III que le retard pris par le pays dans sa campagne de vaccination est du à la guerre que se livrent certains pays pour acquérir ce vaccin.

Ainsi, contrairement aux pays voisins, l'Algérie a échoué dans sa campagne de vaccination. Annoncée en grande pompe, cette campagne a démarré symboliquement à la fin du mois de janvier pour tenir la promesse du chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune. Pour l'instant, elle n'a touché qu'une petite frange de la population.

La responsabilité du gouvernement engagée

Dans son intervention à la radio, le président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP) reconnaît l'échec et l'incombe à d'autres pays. D'autres observateurs et spécialistes par contre affirment que les autorités n'ont pas pris les dispositions nécessaires à temps pour acquérir le vaccin. C'est le cas du membre du Comité scientifique de suivi du coronavirus en Algérie le Dr Mohamed Bekkat Berkani. Ce dernier incombe au département de Abderrahmane Benbouzid la responsabilité dans le retard qu’accuse cette opération de santé publique en Algérie.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Bekkat Berkani a affirmé, le 18 mars, que « la responsabilité du ministère est totalement engagée, dans la mesure où il s’est longtemps confiné aux mesures prudentielles (dans la commande des vaccins, ndlr) en comptant sur le système Covax. La vaccination est stratégique et on nous a fait rater le coche. Maintenant, les responsabilités doivent être déterminées ». Il  avait également précisé : « On n’a pas prévu d’acheter les vaccins au moment où il le fallait. Il a fallu que le président de la République, en convalescence en Allemagne, dise qu’il faut vacciner en janvier. Hélas, c’était trop tard. Tout le monde avait acheté ».

Lire aussi: Vaccination contre la Covid-19: Un membre du Comité scientifique accuse le ministère de la Santé