La Cour suprême s’est prononcée favorablement, ce jeudi 25 mars, sur le pourvoi en cassation du verdict prononcé par la cour d’appel d'Alger contre le journaliste Khaled Drareni, a indiqué l'avocat et militant des droits de l'Homme, Abdelghani Badi, sur sa page Facebook. 

L’arrêt de condamnation à deux ans de prison ferme contre Khaled Drareni, rendu le 15 septembre 2020 par la cour d’Alger, a fait l’objet de deux pourvois en cassation de la part du parquet général et de la part de Khaled Drareni. Ces deux pourvois en cassation ont été examinés ce jeudi 25 mars par la Cour suprême. Le recours du parquet général a été rejeté tandis que celui de Khaled Drareni a été accepté, selon l'avocate Halima Benabderrahmane. La date du nouveau procès de Khaled Drareni, condamné en appel en septembre dernier à deux ans de prison ferme pour « atteinte à l’unité nationale »  et « incitation à attroupement non armé », n'est pas encore fixée.

Incarcéré le 28 mars 2020, Khaled Drareni avait été condamné en première instance le 10 août 2020 à trois ans de prison ferme. Rejugé en appel le 15 septembre, il a écopé de deux ans ferme.

En liberté provisoire depuis le 19 février

Après onze mois de détention à la prison de Koléa, le journaliste a été remis en liberté provisoire le 19 février dernier, suite à la grâce prononcée par le chef de l'Etat, Abdelmadjid Teboune, en faveur de détenus du Hirak. Très présent à travers ses directs sur les réseaux sociaux, intervenant régulièrement sur la chaîne TV5 Monde, dont il était le correspondant, et animateur d’une émission hebdomadaire sur Radio M à Alger, Khaled Drareni est un des « visages » du Hirak algérois, le mouvement de protestation qui secoue l’Algérie depuis le 22 février 2019.

lire aussi :Cour suprême d’Algérie : La date de l’examen du dossier de Khaled Drareni fixée