L'ex-secrétaire général du ministère de la Défense nationale (MDN), le général-major Abdelhamid Ghriss, fait l'objet d'une interdiction de sortie du territoire national (ISTN). C'est ce qu'a annoncé le média en ligne Tariq News qui cite une source informée.

La même source précise que c'est le tribunal militaire qui a émis cette interdiction sur la base des poursuites judiciaires lancées à son encontre. Rien n'a filtré cependant sur la teneur de ces poursuites judiciaires. En fait, la source en question n'a pas précisé si le général-major Abdelhamid Ghriss était poursuivi dans une affaire de corruption ou de haute trahison, comme c'est le cas de l'ancien commandant de la gendarmerie national, le général Ghali Belkecir.

Pour rappel, le général-major Abdelhamid Ghris a occupé le poste de secrétaire général du MDN depuis septembre 2018, avant que le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, ne l'en écarte, le 15 mars 2021. Donc, s'il a été limogé de son poste, c'est parce qu'il faisait l'objet de poursuites judiciaires qui ont abouti à la décision de lui interdire de quitter le territoire national.

Il fait l'objet de poursuites judiciaires

C'est le cas aussi du général Ghali Belkecir, l'ex-chef de la gendarmerie nationale qui se trouve en fuite à l'étranger. D'ailleurs, la justice militaire a émis cette semaine quatre mandats d'arrêt internationaux à son encontre. Trois mandats concernent des dossiers de corruption et le quatrième évoque la grave accusation de haute trahison.

Depuis son installation au palais d'El Mouradia, Abdelmadjid Tebboune a opéré des changements au niveau de plusieurs postes de l'appareil sécuritaire. Notamment au niveau de la justice militaire et de plusieurs départements du ministère de la Défense nationale. C'est le cas des généraux-majors Abdelkader Lachkhem, Ali Akroum, Rachid Chouaki, Mohammed Teboudelette et Salim Grid.

Il a également limogé l'ex-directeur général de la Sûreté nationale (DGSN) Khelifa Ounissi, le 16 mars 2021, pour le remplacer par Farid Zineddine Bencheikh. Ce dernier n'a pas tardé à opérer des changements au sein de ce corps de sécurité. Il a commencé par limoger les responsables des départements de la communication et de la coopération internationale pour passer vers ceux de la Police des frontières de l'aéroport international d'Alger et du port d'Alger. Il a ensuite mis fin aux fonctions de son chef de cabinet, du secrétaire général de la DGSN ainsi que du chef des Renseignements généraux de la wilaya d'Alger.

Lire aussi : Le directeur des Renseignements généraux d’Alger limogé