Arrêté à Dubaï, aux Emirats arabes unis, l'ancien président-directeur général du groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, aurait été libéré sous caution, annoncent, ce jeudi 25 mars, plusieurs sources médiatiques. Cette caution, qui aurait permis à l'ancien PDG de Sonatrach de sortir de prison, a été fixée à 300 000 dollars, selon les mêmes sources.

Cette information, qui n'est pas encore confirmée par les autorités officielles des deux pays, éloigne de plus en plus la possibilité d'extradition d'Ould Kaddour. Le silence étrange de l’Algérie et des Emirats arabes unis sur cette affaire est révélateur de probables désaccords sur cette extradition. Car le juge qui l'a libéré sous caution devait statuer sur son extradition ou non vers l’Algérie.

La procédure d'extradition

Cette procédure devait être une formalité, étant donné que l’Algérie et les Emirats arabes unis ont signé une convention relative « à la coopération judiciaire, aux notifications, aux commissions rogatoires, à l’exécution des jugements et à l’extradition ». La convention a été ratifiée le 23 octobre 2003. Elle stipule que la demande d’extradition doit se faire par écrit par le ministre de la Justice à son homologue émirati, dans les 30 jours suivant l’arrestation. La convention stipule également que tout individu poursuivi ou condamné par les autorités judiciaires est soumis à l’extradition, excepté des auteurs d’infractions politiques ou connexes.

À lire aussi :  Affaire Pegasus : L'Espagne et le Maroc ont-ils enterré la hache de guerre ?

Reste à savoir si les autorités algériennes ont déposé une demande en bonne et due forme. Dans le cas où cela ne serait pas fait, les autorités émiraties seront dans l’obligation de relâcher l’ex-patron de la Sonatrach.

Il faut signaler que depuis l'arrestation d'Ould Kaddour, ni les autorités algériennes, ni celles des Emirats arabes unis n'ont communiqué sur le sujet. Les autorités algériennes n’ont pas non plus agi pour demander l’extradition de l’ex-patron de la Sonatrach quand il était à Paris, alors que l’Algérie et la France sont aussi liées par une convention d’entraide judiciaire et d’extradition.

Lire aussi : Abdelmoumen Ould Kaddour sera-t-il extradé vers l’Algérie ?