Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a remis sur le tapis, ce jeudi 25 mars, le cas des mineurs algériens et marocains non accompagnés en France. Lors d'une visite effectuée à Bordeaux, il a affirmé que le gouvernement français allait discuter les autorités algériennes et marocaines en vue de l'expulsion des mineurs isolés originaires de ces deux pays d'Afrique du Nord. 

Gérald Darmanin accuse certains de ces mineurs d'être derrière la délinquance qui caractérise les agglomérations françaises, à l'instar de la ville de Bordeaux. « Nous avons le problème particulier des mineurs non accompagnés qui se sont implantés massivement dans l’agglomération et dont certains commettent des actes de délinquance », a indiqué le ministre. Et d'ajouter que des démarches vont être entreprises afin de procéder au renvoi de cette catégorie de migrants dans leurs pays d'origine.

« Nous allons discuter avec le Maroc et l’Algérie pour le renvoi de ces mineurs dans leur pays d’origine », a assuré le ministre français de l'Intérieur, selon le journal « 20 Minutes ».

Vers l'expulsion des mineurs isolés

Ainsi donc, il est fort possible qu'une opération portant l'expulsion des mineurs algériens et marocains non accompagnés soit lancée incessamment. Il s'agit d'ailleurs d'un projet du gouvernement français qui ne date pas d'aujourd'hui. Ce sujet, ainsi que celui relatif aux « radicalisés » d'origine étrangère reviennent tel un leitmotiv depuis l'assassinat et la décapitation de l'enseignant Samuel Paty, l'automne dernier.

À lire aussi :  France : Voici les meilleures villes étudiantes 2022

Cette question était d'ailleurs au menu des discussions entre le ministre français de l'Intérieur et son homologue algérien lors de sa visite effectuée au mois de novembre dernier, à Alger. « Le président de la République a eu ses homologues pour pouvoir nous mettre d’accord sur le renvoi d’un certain nombre de personnes qui ont la nationalité de ces pays et qui sont confondues de radicalisation dans notre pays », avait indiqué Darmanin à la veille de cette rencontre. Depuis, rien de concret n'a été entrepris dans ce sens.