La compagnie algérienne de navigation aérienne, Air Algérie, a eu gain de cause dans l'affaire qui l'oppose aux ressortissants algériens résidant en Grande-Bretagne et bloqués, depuis le 26 février, en zone internationale de l’aéroport Paris Roissy Charles-de-Gaulle. En effet, la justice française, saisie par ces ressortissants algériens, a tranché en faveur de la compagnie nationale, rapportent des sources médiatiques, citant l'avocate des plaignants. 

La procédure judiciaire lancée par les ressortissants algériens bloqués au niveau de l'aéroport Paris Roissy Charles-de-Gaulle à l'encontre de la compagnie aérienne algérienne Air Algérie n'a finalement pas abouti en faveur des plaignants. Le tribunal de Paris, saisi la semaine dernière par les avocats des passagers bloqués en France, a tranché : l'entreprise, accusée d'être derrière le malheur de ces ressortissants, n'a pas enfreint à la loi.

C'est ce qu'ont indiqué les avocats des plaignants. « Le recours de nos clients a été rejeté par le tribunal de Paris. Celui-ci a évoqué la force majeure et les consignes de l’Etat algérien relatives à la fermeture des frontières », a révélé Me Karima Hadj Saïd, l'avocate des plaignants, citée par le journal El Watan dans son édition de mardi 30 mars.

Le calvaire des 27 passagers continue

Pour autant, les avocats des plaignants ne comptent pas baisser les bras. Ils envisagent de faire appel de cette décision, comme l'a déclaré Me Alexandre André au site VVA : « Nous allons faire appel de cette décision et nous allons également mettre l’accent sur la question du surbooking. Les avions d’Air Algérie sont partis pleins. Donc il y a eu survente », a-t-il affirmé.

À lire aussi :  L'Espagne recrutera plus de 15 000 saisonnières agricoles au Maroc

L'avocat conteste la décision de justice, arguant que d'autres passagers en provenance du Royaume-Unis avaient embarqué vers l'Algérie. Ainsi, le feuilleton de cette affaire qui défraye la chronique se poursuit, au grand dam des 27 passagers algériens.

Lire aussi : Algériens bloqués à Paris : L’affaire prend de plus en plus d’ampleur