L’ancien secrétaire général du FLN et président de l’Assemblée nationale populaire, Amar Saâdani, aurait demandé l'asile politique au Maroc, rapporte Le Soir d’Algérie ce samedi 3 avril. Amar Saâdani a quitté la France où il résidait, de peur d’être extradé.

L'ancien patron du FLN, qui a quitté le pays précipitamment depuis l’incarcération de l'ancien ministre de la Justice, Tayeb Louh en 2019, s'est installé à Neuilly-sur-Seine, en France, où il possède un appartement. Selon la même source, l'ancien président de l'APN a quitté également la France pour un séjour au Portugal pour ensuite se rendre au Maroc, sur l'invitation de personnes proches des autorités marocaines, auxquelles Amar Saâdani a toujours rendu d’énormes services, selon Le Soir d’Algérie.

Amar Saâdani fait tout pour échapper à la justice

Ainsi, Amar Saâdani fait tout pour échapper à la justice. Il a quitté la France, où il a acquis des biens, par peur d'extradition vers l’Algérie. Arrivé au Portugal, l'ancien secrétaire général du FLN ne s'est pas non plus senti rassuré, étant donné que ce pays est connu pour sa rectitude et sa propension à l’application stricte des lois et accords internationaux. Le Portugal fait aussi partie des pays vers lesquels l’Algérie a dépêché des commissions rogatoires pour enquêter autour des biens des personnes impliquées dans des affaires de corruption.

L'ancien secrétaire général du FLN a le choix de s'établir au Maroc pour sa proximité avec des responsables de ce pays. Il est connu pour avoir soutenu le Maroc dans la question du Sahara occidental. En 2019, Amar Saâdani avait déclaré : « Je considère, d’un point de vue historique, que le Sahara est marocain et rien d’autre. Il a été enlevé au Maroc au congrès de Berlin, je pense que l’Algérie a versé pendant cinquante ans des sommes faramineuses à ce qui est appelé le Polisario, et cette organisation n’a rien fait et n’est pas parvenue à sortir de l’impasse ».

Lire aussi : Algérie : Amar Saâdani serait en fuite en France