Pour l’écrivain et romancier Amine Zaoui, « l’école est le plus grand parti islamiste » en Algérie. Selon lui, l’institution éducative « est un parti islamiste toléré et légalisé avant même l’approbation du multipartisme en 1989 ».

Dans une chronique parue, lundi 12 avril sur les colonnes du quotidien Liberté, l’auteur de nombreux romans et essais, en arabe et en français, n’a pas mis de gants pour fustiger le système éducatif et, par ricochet, le régime politique algérien, qu’il accuse d’avoir entretenu l’islamisme depuis l’indépendance à ce jour, à travers essentiellement l’école.

« L’école, cela perdure depuis la première décennie de l’indépendance, est l’organisation islamiste la plus structurée en Algérie. La plus forte. La plus aisée. Parfaitement hiérarchisée. Tous les moyens de l’État, humains et matériels, sont à sa disposition », écrit l’auteur du « Sommeil de mimosa ».

Pour Amine Zaoui, « l’école est un parti islamiste toléré et légalisé avant même l’approbation du multipartisme en 1989. L’école est l’appareil idéologique/biberon de tous les partis islamistes en Algérie. Tout l’islamisme algérien est né dans l’école, par l’école et pour l’école ».

« C’est le parti qui a le nombre le plus élevé d’adhérents »

Pour cet écrivain, qui a souvent abordé les sujets tabous de la société algérienne à travers ses nombreux romans et essais, « l’école, cela perdure avant même l’instauration du pluralisme politique, est le parti islamiste le plus influent en Algérie. Le parti qui a le nombre le plus élevé d’adhérents : dix millions d’adhérents, de sympathisants et d’amis. Et il est en croissance… »

Dans sa chronique qui intervient au moment où le débat s’anime en Algérie sur la place de l’islamisme dans débat politique, « l’école est l’appareil idéologique qui a alimenté et alimente en permanence tous les partis politiques islamistes ; les partis dits modérés, les partis de l’opposition, les partis de la mangeoire du pouvoir. Tout ce monde politique islamiste qui prend la défense d’Allah est le fruit de l’école algérienne ».

« Un bivouac pour l’endoctrinement idéologique fanatique »

Le prolifique auteur, très présent dans les médias pour des débats sur la littérature et des questions de société, est allé jusqu’à comparer l’idéologie incarnée par le système éducatif algérien au nazisme. « L’école algérienne est une sorte de bivouac toléré pour l’endoctrinement idéologique fanatique perpétuel, à l’image de ce qui se passait dans les camps d’instruction idéologique des nazis dans les années 1930 et 1940 ».

Pour Amine Zaoui, « la société algérienne n’a pas été fanatisée, islamisée par les programmes des partis islamiques, mais plutôt à cause des programmes de l’école algérienne. En comparaison du travail diabolique idéologique et fanatique réalisé dans l’école à travers les programmes scolaires, la tâche idéologique des partis politiques islamistes en Algérie n’est que figurante ».

Toujours selon lui, l’école algérienne est une véritable machine à fabriquer des militants islamistes. « Les jeunes adeptes débarquent dans les partis islamistes algériens, déjà bien formés, prêts pour la daïchisation et la khwanjisation et toute autre dérive idéologique fanatique et extrémiste. Dans l’école islamisée, ces adeptes ont déjà appris le rejet de la laïcité, le refus de la démocratie, la haine contre toutes les autres religions, l’animosité envers autrui », a-t-il souligné.

Lire aussi : Algérie : Les islamistes refusent de lâcher l’école