Algérie poste a haussé le ton ce jeudi 15 avril 2021 devant la situation de paralysie qui caractérise le secteur en raison de la grève des postiers qui se poursuit depuis quatre jours. Dans un communiqué rendu public, l'entreprise a tenu un langage on ne peut plus virulent pour appeler les employés à reprendre le travail.

Dans son communiqué, Algérie poste a carrément menacé les travailleurs grévistes de sanction allant jusqu'au licenciement. « Face à la poursuite du mouvement de grève illégal au niveau de certains bureaux de poste, ce qui a empêché les citoyens de retirer leurs salaires et leurs pensions, notamment en ce mois de ramadan, Algérie poste porte à le connaissance des travailleurs grévistes qui ne rejoindront pas leurs postes de travail, que les procédures légales et organisationnelles en vigueur seront appliquées à leur encontre ».

Algérie poste précise, en effet, que les travailleurs encourent un «licenciement sans préavis et sans indemnisation ». Elle a souligné qu'elle suit de près et d'une façon permanente ce débrayage à travers l'ensembles des agences postales du pays. La direction d'Algérie poste a tenu à rappeler d'ailleurs que la grève des postiers était illégale.

Les grévistes encourent le licenciement

« La décision rendue par le tribunal de Dar El Beïda, le 13 avril 2021, considère que le mouvement de grève enregistré dans certains bureaux de poste depuis le 12 avril 2021 illégale », indique le même organisme, dans son communiqué.

Les travailleurs l'entendront-ils de cette oreille ? Vont-ils se plier aux menaces de leur tutelle et cesseront leur grève ou vont-ils la maintenir ? C'est la question que se posent de nombreux Algériens, notamment les détenteurs de comptes courants à Algérie poste. Il faut dire que cette grève surprise a causé des désagréments à plus d'un. Pris au dépourvu, des pères de familles n'ont pu retirer leur argent et faire face ainsi aux dépenses du mois de carême. Cependant  « les postiers se sont révoltés et ils ne l’ont pas fait de gaieté de cœur» selon le président du SNAP Mourad Nekache.

Lire aussi : Grève surprise dans les bureaux de poste à la veille du Ramadan