Un journaliste du quotidien algérien Liberté a été mis sous mandat de dépôt ce lundi 19 avril. Il s'agit du correspondant de Tamanrasset Rabah Kareche. Il a été arrêté la veille (dimanche 18 avril) et présenté devant le procureur de la République. 

La nouvelle est tombée vers 16 heures ce lundi. Le journaliste et correspondant du quotidien national Liberté à Tamanrasset, Rabah Kareche, a été placé sous mandat de dépôt. L'information a été rapportée par le journal Liberté qui a indiqué que le journaliste avait été présenté devant le procureur de la République, et ensuite le juge d’instruction près le tribunal de Tamanrasset.

La convocation du journaliste Rabah Kareche, dimanche, fait suite, précise la même source, à la publication « dans l’édition du dimanche 18 avril de Liberté, d’un article sur une manifestation contre le nouveau découpage administratif ».

Cette nouvelle, qui a vite fait le tour des réseaux sociaux, est vivement dénoncée par les journalistes, les avocats, les hommes politiques et les internautes. L'opinion publique condamne cette décision de la justice et affiche, en même temps, son soutien au premier concerné et à l'ensemble de la famille de la presse en Algérie.

Une nouvelle atteinte à liberté de la presse

Pour plus d'un, il s'agit d'une grave atteinte à la liberté de la presse en Algérie. Une liberté qui a été, il faut le dire, souvent bafouée dans le pays. Plusieurs journalistes ont été, en effet, appréhendés suite à l'exercice de leur travail, à l'image de Khaled Drareni, qui a été libéré après plusieurs mois passés en prison. Le journaliste et directeur des médias Maghreb Émergent et Radio M. a également fait l'objet de plusieurs convocations par les services de sécurité pour des affaires relatives à son travail.

Lire aussi  Algérie : Le journaliste El Kadi Ihsane de nouveau convoqué par la gendarmerie