La fronde sociale s'accentue en Algérie ces quelques derniers jours. En effet, après les postiers qui ont mené une grève qui aura duré près d'une semaine pour réclamer l'amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles, c'est au tour des sapeurs-pompiers de crier leur ras-le-bol à travers des actions de rue.  

Les éléments de la Protection civile sont en colère et ils ont tenu à le faire savoir, ce dimanche 18 avril. Ils ont organisé des sit-in et des rassemblements de protestation à travers différentes wilayas du pays. Parmi les revendications soulevées par les protestataires, figure le versement de la prime de contagion et celle du Covid-19, promise par le chef de l'Etat. Ils réclament également « l’ajustement des heures de travail supplémentaires ainsi que la mise en place d’un système de promotion en passant par le concours professionnel ».

Les rassemblements organisés ce dimanche ne sont que la première étape du mouvement de protestation des sapeurs-pompiers. Ces derniers menacent, en effet, de revenir à la charge dans les prochains jours si leurs doléances ne sont pas prises en charge dans les plus brefs délais. Pour se faire entendre, ils n'écartent pas la possibilité de durcir le ton et de radicaliser leur mouvement.

Des revendications socioprofessionnelles

Les protestataires, conscients de l'importance de leur rôle dans la société, assurent que des brigades continueront à assurer le service durant leur mouvement de protestation. La Protection civile s'ajoute ainsi à la longue liste des secteurs secoués par les mouvements de protestation. Il y a quelques jours, ce sont les médecins et infirmiers et l'ensemble du personnel hospitalier qui sont montés au créneau pour des revendications relatives à l'amélioration de leur cadre de travail.

Les syndicats de l'Education nationale menacent également de sortir dans la rue pour exposer leurs réclamations. C'est dire que le front social en Algérie est en ébullition. Une situation accentuée par la cherté de la vie et la chute du pouvoir d'achat, notamment en ce mois de ramadan.

Lire aussi   Algérie : Un début de Ramadan sur fond de grogne sociale