La Kabylie a été au rendez-vous de la commémoration du double anniversaire du Printemps berbère (avril 1980) et du Printemps noir (avril 2001). Des milliers de personnes ont battu le pavé ce mardi 20 avril à Tizi Ouzou, Bejaïa ainsi qu'à Bouira.

A Tizi Ouzou, la marche a commencé à 11 heures. Plusieurs carrés ont été formés. Les militants de la cause berbère, ceux du MAK, les souverainistes, des militants de partis politiques et autres citoyens ont marché ensemble dans la communion.

Au début, la marche a été scindée en deux carrés. Les militants du MAK, à l'arrière de la marche, ont été empêchés d'avancer par un cordon sécuritaire. Arrivés au niveau de l'hôpital, les autres marcheurs ont rebroussé chemin pour forcer le cordon de sécurité qui bloquait le carré du MAK. Sur place, quelques échauffourées ont éclaté avec les forces de sécurité. Sous la pression des manifestants, ces dernières ont fini par se retirer. Tout le monde a alors pu marcher dans la pluralité que connaît la région. Il faut signaler que dès 10 heures, des militants, à l'instar de Bouaziz Aït Chebib, ont été arrêtés devant le portail de l'université Mouloud Mammeri.

Slogans hostiles au pouvoir

Les marcheurs de divers univers politiques ont scandé des slogans hostiles au pouvoir. « Pouvoir assassin », « Ulac Smah Ulac » (pas de pardon) et « Kabylie indépendante » ont retenti tout le long du parcours. Les portraits des martyrs du Printemps noir et celui de Matoub Lounes ont également été brandis lors de cette manifestation commémorative, où les différentes figures du combat identitaire et politique de la région ont été représentées.

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

Au même titre que Tizi Ouzou, les villes de Bouira et Bejaïa ont également marqué cet anniversaire. Des centaines de personnes ont marché à Bouira pour dénoncer l'impunité dont ont bénéficié « les assassins des jeunes en 2001 ». A Bejaïa, les citoyens sont sortis pour réclamer la justice et la liberté en Algérie. Dans les deux villes aussi, toutes les tendances politiques ont été représentées.

Lire aussi: Commémoration du Printemps berbère et du Printemps noir : La Kabylie et la diaspora au rendez-vous

https://www.facebook.com/103676924590427/videos/463398461386005