Une centaine de personnalités marocaines et algériennes ont lancé ce qu'elles ont appelé « L’Appel du Futur » en direction des autorités algériennes pour l'ouverture des frontières aux citoyens des deux territoires, afin « d’alléger leurs souffrances de plus d’un quart de siècle sans pouvoir se revoir ».

Alors que les relations diplomatiques entre l'Algérie et le Maroc connaissent un climat de tensions, des personnalités algériennes et marocaines ont décidé de lancer l'initiative « L’Appel du Futur » en direction des autorités algériennes, afin d'ouvrir une nouvelle page.

« Nous adressons notre appel aux personnes de bonnes intentions qui croient en l’unité d’un destin commun, en vue d’entamer le dénouement progressif des problèmes », ont déclaré les auteurs de l'initiative, au nombre de 100, dont les professeurs algériens Ismail Maâraf, Ahmed Houssein et Soulaïmani et le militant politique Seddik Daâdi. Côté marocain, figurent notamment les noms de deux anciens ministres, en l'occurrence Abdelkarim Benatiq et Jamal Aghmani, et le conseiller diplomatique à Washington Samir Bennis.

« Il faut prendre en considération la dimension humaine des relations familiales près des frontières »

Les initiateurs de l’appel ont estimé que l'Algérie et le Maroc devraient « prendre en considération la dimension humaine des relations familiales, en particulier près des deux côtés de la frontière, et permettre aux familles très affectées psychologiquement d’avoir le droit d’échanger des visites entre elles ». Ils proposent ainsi « l’ouverture d’un passage humanitaire pour les piétons » au niveau de la frontière algéro-marocaine, afin de permettre de « renouer les contacts entre ces familles et d’alléger leurs souffrances de plus d’un quart de siècle sans pouvoir se revoir ».

À lire aussi :  Paris-Alger à pied : Le jeune algérien arrive bientôt en Tunisie

« Nous considérons que le côté humanitaire peut résoudre cette situation et pousser à réfléchir à l’ouverture des frontières pour les citoyens des deux côtés », a déclaré à Al Araby Al Jadid l’avocat marocain Naoufal Bouamri, l’un des coordinateurs de cette initiative.

L'Algérie et le Maroc « doivent ouvrir des canaux de dialogue »

Sur un autre registre, les mêmes personnalités ont jugé que les responsables algériens et marocains devraient cesser les discours de haine relayés par des « médias qui sont soumis aux calculs étroits des politiques dans les deux pays ». Elles appellent, par ailleurs, à « ouvrir des canaux de dialogue entre les élites des deux pays pour une discussion sans fanatisme ni chauvinisme », afin que des solutions viables soient trouvées aux problèmes qui détruisent les relations fraternelles et de bon voisinage entre le Maroc et l’Algérie.

Rappelons que ce n'est pas la première fois qu'un appel est lancé pour l'ouverture des frontières algéro-marocaines, fermées depuis 1994. En février dernier, l’Association de la diaspora des Algériens résidant à l’étranger (DARE) avait appelé le gouvernement algérien à ouvrir les frontières terrestres avec le Maroc. « Cette ouverture va marquer une rupture avec l’ancien régime. Le peuple algérien sera fier de cette ouverture qui saura laisser une trace positive pour la diplomatie algérienne en Afrique », avait notamment souligné l'association dans son message adressé à Abdelmadjid Tebboune.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Lire aussi : Le Maroc est « prêt » à rouvrir ses frontières avec l’Algérie