Me Ali Yahia Abdenour, avocat et défenseur des droits de l'Homme pendant des décennies, est décédé ce dimanche 25 avril, à l'âge de 100 ans. Celui qui a été de tous les combats pour les droits humains s'est éteint à Alger, moins de deux années après ses dernières sorties sur le terrain du militantisme.

Né le 18 janvier 1921 à At Yahia, dans la wilaya de Tizi Ouzou, en Kabylie, Ali Yahia Abdenour a été ministre deux fois sous le régime de Boumediene entre 1965 et 1968. Il deviendra ensuite avocat et fervent défenseur des droits de l'Homme, notamment comme membre fondateur de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH).

Durant des décennies, Ali Yahia Abdenour a lutté contre l'injustice en Algérie, et ce, quelle que soit l'identité de ses victimes. C'est ainsi que durant la violence politique des années quatre-vingt-dix, il a été l'avocat des deux dirigeants du FIS, Abassi Madani et Ali Benhadj.

 

Violemment critiqué par ceux qu'on appelait les éradicateurs, Ali Yahia Abdenour a assumé son rôle de réconciliateur, y compris en participant, en tant que LADDH, à la Conférence de Sant'Egidio, en Italie, qui avait réuni, entre novembre 1994 et janvier 1995, différents acteurs politiques (FFS, FLN, FIS, PT, LADDH) qui se sont entendus sur un contrat national. Ce dernier texte, présenté comme une proposition de sortie de crise, a été rejeté par le pouvoir en place et tous ceux qui s'étaient prononcés pour l'arrêt du processus électoral en janvier 1992, à l'instar du RCD de Saïd Sadi et du MDS du défunt El Hachemi Cherif.

À lire aussi :  L'ambassadeur de France au Maroc se désengage de la résolution de l'UE

Défenseur de ses propres pourfendeurs

Cela n'a pas empêché Me Ali Yahia Abdenour de se retrouver comme défenseur de ses propres pourfendeurs. C'est ce qui a fait la grandeur de cet homme d'exception pour qui le principe de défendre un justiciable ne devait pas répondre à des considérations idéologiques. Ce n'est donc pas étonnant qu'il se retrouve, à partir de 2011, en compagnie du RCD en train de manifester contre le pouvoir de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika.

Malgré son âge avancé, Me Ali Yahia Abdenour a tenu à participer à quelques manifestations du mouvement populaire, né en février 2019. Il n'a cependant pas poursuivi cette participation, vu son âge et son état de santé. C'est à partir de là qu'il a choisi de se retirer de la vie politique alors qu'il était âgé de 98 ans.

Lire aussi : Algérie : Des personnalités nationales lancent un appel à la veille de l’élection