Le tribunal de Sidi M’hamed, à Alger, a rendu son verdict, ce lundi 26 avril, dans l’affaire qui oppose l’homme d’affaires Mohamed Baïri à Mahieddine Tahkout et Abdou Semmar. Le tribunal a condamné l’homme d’affaires incarcéré Mahieddine Tahkout et le journaliste en fuite Abdou Semmar à 5 ans de prison ferme et 500 000 dinars d’amende.

Le verdict compte également un mandat d’arrêt international à l’encontre du journaliste et rédacteur en chef du média francophone Algérie Part, Abdou Semmar. Cette affaire remonte au mois de novembre dernier. Le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed avait déjà émis un mandat d’arrêt international contre le journaliste Abdou Semmar. Ce dernier est accusé dans une affaire en lien avec l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout.

Chantage et extorsion de fonds

Abdou Semmar a été juge pour chantage et extorsion de fonds. A la fin de l’année 2019,  l’enregistrement d’un appel téléphonique entre Mahieddine Tahkout et Abdou Semmar avait fuité sur Youtube. Dans cet enregistrement, il était question d’un deal entre Tahkout et Abdou Semmar. Le journaliste s’est engagé à s’attaquer à Mohamed Baïri, un homme d’affaires activant dans l’industrie automobile et concurrent de Tahkout. Abdou Semmar a réfuté les accusations dans une vidéo postée sur son site. Le journaliste avait affirmé que l’enregistrement en question était « un montage créé par les services (de renseignement, ndlr) ».

Il faut rappeler que Abdou Semmar avait passé quelques semaines en prison en 2018. Il avait été arrêté et placé en détention en compagnie de Marouane Boudiab, également journaliste à Algérie Part. Les deux faisaient face à des accusations d’atteinte à la vie privée, suite à une plainte du directeur général incarcéré du groupe Ennahar, Anis Rahmani. A sa sortie de prison Abdou Semmar a quitté le pays pour s’installer en France.

Lire aussi : Algérie : Informateur d’un journal, un magistrat mis en détention