Plus de huit universitaires algériens sur dix souhaitent s’expatrier pour aspirer à un meilleur niveau professionnel sur le marché du travail. C’est ce que révèle un communiqué, publié mardi 27 avril, du site de recrutement algérien, Emploitic, relatif à une étude sur la «Mobilité et priorités des talents en 2021». Une étude qui a pour objectif de «déterminer les ambitions de mobilité des travailleurs, ainsi que leurs priorités professionnelles».

En effet, sur les 2.771 répondants algériens, parmi les 209.000 personnes interrogées, dans une étude menée dans 190 pays, 83% ont exprimé le souhait d'une mobilité à l'international, selon un communiqué d'Emploitic relatif à une étude sur la «Mobilité et priorités des talents en 2021» dans le monde. La partie algérienne de l'étude a été réalisée par Emploitic, en collaboration avec Boston Consulting Group (BCG), cabinet international de conseil en stratégie, et The Network, le réseau mondial des plus grands sites de recrutement.

«L'Algérie a compté 2.771 répondants, âgés entre 21 et 50 ans, d'un niveau universitaire et plus, et occupant des fonctions dans différentes spécialités», précise Emploitic. Parmi eux, «83% aspirent à une mobilité internationale, même dans le contexte de crise, contre une moyenne de 50% à l'échelle mondiale et 71% en comparaison aux autres pays africains», ajoute le document. Au total, 209.000 personnes à travers 190 pays ont été interrogées dans le cadre de ce sondage.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Ils aspirent à une mobilité professionnelle

Par métiers, ils sont «100% des Algériens répondants» aux profils de «digitalisation et automatisation» à déclarer «aspirer à l'exploration de nouveaux horizons à l'international». «Pour les métiers de Consulting, de Recherche scientifique et de Marketing & Communication, le taux de réponse est de 90%. Quant au métier des services, nous notons un taux de réponse de 71%», selon les résultats de l'étude annoncés par Emploitic.

Quant aux «préférences professionnelles» des 83% des répondants algériens souhaitant s'expatrier, «l'apprentissage et le développement des compétences ainsi que la bonne entente avec les collègues restent au cœur des priorités», suivies respectivement de «l'évolution de carrière, la sécurité professionnelle, l'équilibre vie personnelle/vie professionnelle, la créativité et l'innovation», note encore le communiqué d'Emploitic.

L’Algérie, 65e pays le plus attractif au monde

Si l’écrasante majorité des universitaires algériens participant à cette étude ont exprimé le souhait de s'expatrier, il faudra toutefois signaler que l’Algérie reste un pays relativement attractif en matière d’opportunité professionnelle à l’échelle mondiale. En effet, selon les résultats de la même étude, «l'Algérie est classée 65e pays le plus attractif sur les 190 pays participants. Elle a gagné plusieurs places comparé à 2018, où elle était classée 83e et 114e en 2014», affirme le document.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

«Parmi les pays dont les répondants sont les plus intéressés par une opportunité professionnelle en Algérie», l'étude classe 5 pays par ordre décroissant du nombre de réponses : «la Tunisie, la Syrie, le Bénin, l'Irak et la Lituanie».

lire aussi : Visa d’étude pour la France : Les Algériens devancent les Marocains