Les policiers de la Direction de la sécurité publique de l’agglomération parisienne (DSPAP) ont réussi à démanteler deux réseaux exploitant des mineurs étrangers isolés dont des Algériens. Six individus ont été mis en examen, dans cette affaire, pour « traite des êtres humains aggravée », indique ce mercredi 5 mai, le média français Ouest France.

Selon le même média d’information, six individus de sexe masculin ont été mis en examen à Paris pour les chefs d’inculpation suivants : « Traite des êtres humains aggravée, recel en bande organisée, vol en bande organisée ainsi que, pour infractions associées d’association de malfaiteurs ou de blanchiment ». Les six individus sont suspectés de faire partie de deux réseaux exploitant des mineurs isolés délinquants dont des Algériens.

Des Algériens mineurs en proie à la délinquance

Ces deux réseaux proposaient aux mineurs isolés, dont des Algériens, un hébergement avant de leur prodiguer « des cours de délinquance », en leur montrant « les meilleurs secteurs » pour opérer des vols. Selon le député de l’Hérault, Jean-François Eliaou, qui codirigeait une mission d’information : « Le portrait type, c’est un Maghrébin, 16, 17 ans, en rupture totale avec son pays et sa famille, fracassé par son parcours migratoire, poly-toxicomane, qui est dans une délinquance de subsistance, qui vole au sein d’une bande pas très bien organisée ».

À lire aussi :  Un baron de la drogue Franco-Algérien lourdement condamné au Maroc

A noter que la délinquance des mineurs étrangers dont des Algériens, aussi appelés « mineurs non accompagnés » (MNA), fait l’objet de débats controversés. Selon un rapport parlementaire récent se basant sur les 2.000 à 3.000 « mineurs non accompagnés délinquants » que le ministère de la Justice a recensés durant le mois de septembre dernier, près de 10 % de ces mineurs versent dans la délinquance.

Lire aussi : France : Des jeunes sans-papiers algériens en proie à la délinquance