La diaspora algérienne lance, à travers un communiqué rendu public sur les réseaux sociaux, la campagne « Il est de mon droit d’entrer dans mon pays ». Cette campagne survient alors que les frontières sont fermées depuis plus d’une année. Une fermeture que les ressortissants algériens vivent comme un véritable déchirement.

« Nous, les signataires de ce communiqué, nous représentons l’écho de la diaspora algérienne à l’étranger, et nous sommes prêts à présenter des alternatives et des solutions pour ouvrir les frontières tout en préservant le pays de la pandémie et le droit des Algériens bloqués à l’étranger de retourner au pays », déclarent les rédacteurs du communiqué.

« Il est de mon droit de rentrer dans mon pays »

Constitués en collectif réunissant plusieurs organisations, les initiateurs de cette campagne dénoncent ainsi « l’abandon des autorités » algériennes. Coupés de leurs familles depuis plus d’une année, les Algériens installés à l'étranger vivent la séparation des leurs comme un véritable déchirement. C'est dans cette optique qu'ils ont lancé cette campagne à laquelle ils ont donné le titre de « Il est de mon droit d’entrer dans mon pays » pour qu'ils puissent enfin rentrer en Algérie.

A noter que le communiqué a été signé par de nombreuses associations représentant les Algériens établis en France, en Espagne, au Royaume-Uni, au Canada, aux USA, en Allemagne, en Autriche, mais également en Turquie et au Qatar. Il a été adressé à la présidence de la République, au Premier ministre, au Ministère des Affaires étrangères, au Ministère de la Santé, ainsi qu’au comité scientifique chargé de la lutte et du suivi de la pandémie du coronavirus.

À lire aussi :  Le premier homme français dans l'espace est en Algérie

A lire aussi : Fermeture des frontières : Le coup de gueule de la cinéaste Sofia Djama