L'accomplissement du Hadj semble être compromis cette année encore pour les Algériens. En effet, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, a indiqué, ce lundi 10 mai, que l'Algérie n'avait pas encore pris la décision d'autoriser les citoyens à se rendre en Arabie saoudite pour accomplir le pèlerinage, au moment où les frontières algériennes restent fermées.

Intervenant, ce lundi sur les ondes de la Radio algérienne, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs (MARW), Youcef Belmehdi, a fait savoir qu'il n'était pas encore question d'ouvrir les frontières algériennes, afin de permettre aux citoyens d'accomplir le Hadj 2021.

« Il est actuellement impossible de parler du Hadj pour les Algériens compte tenu de la situation sanitaire qui reste toujours compliquée », a indiqué Youcef Belmehdi. Ce dernier explique, donc, que le Hadj 2021 « n'est pas encore sur la table » du gouvernement algérien, tout en soulignant que la réouverture de l'espace aérien exposerait l'Algérie à une autre vague de contaminations au coronavirus. Pour lui, « la fermeture de l'espace aérien nous a évité une catastrophe sanitaire ». Raison pour laquelle les frontières doivent rester fermées, estime-t-il, rappelant que « la situation sanitaire est toujours dangereuse ».

L’Arabie saoudite a annoncé la tenue du Hadj 2021

À lire aussi :  France : La ruse qu'un Marocain a trouvée pour retarder son expulsion

D'autre part, le même responsable a souligné que l'Office national du Hadj et de la Omra a pris toutes les mesures nécessaires afin de préparer « un éventuel retour au rituel du Hadj en cas d'amélioration de la situation sanitaire » en Algérie.

À souligner que l'Arabie saoudite a confirmé, dimanche 9 mai, la tenue du Hadj 2021, qui correspond à l’an 1442 de l’hégire. Le ministère saoudien du Hadj et de la Omra a, cependant, fait savoir que le pèlerinage, qui devrait avoir lieu du 17 au 22 juillet prochain, se déroulerait suivant un protocole sanitaire strict qui sera révélé plus tard. Pour rappel, en 2020, l’Arabie saoudite avait annulé le pèlerinage pour la première fois de son histoire en raison de la pandémie de la Covid-19.