Le très redoutable variant indien du coronavirus, poursuit sa progression à travers le pays, en témoigne le nouveaux cas annoncés ce jeudi 13 mai par le ministre de la Santé, Abderahmane Benbouzid. Selon ce dernier, quatorze nouvelles contaminations de ce variant ont été détectés ces derniers jours à travers plusieurs wilayas du pays.

En visite de travail, jeudi 13 mai à l’hôpital de Boufarik, dans la wilaya de Blida, le ministre de la Santé et de la Reforme hospitalière, Abderahmane Benbouzid a révélé que quatorze nouveaux cas du variant indien du Covid-19 ont été détectés, ces derniers jours, à travers le pays. « Nous avons détectés quatorze nouveaux cas du variant indien du Covid-19 ces derniers jours à travers le pays », a annoncé le ministre de la Santé tout en précisant que treize cas ont été signalés dans le Sud du pays et un cas au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou, en Kabylie.  Le ministre a tenu toutefois à signaler que « l'ensemble des cas détectés sont des ressortissants chinois ou indiens qui travaillent sur des chantiers en Algérie ».

Un cas à Tizi Ouzou et treize autres dans le Sud du pays

Une précision de taille, puisque même les six premiers cas détectés le 3 mai dernier en Algérie, sont également des ressortissants indiens qui travaillent sur un chantier de travaux de bâtiments situé dans la localité de Koléa dans la wilaya de Tipaza. Selon le DG de l’Institut Pasteur Algérie (IPA), la contamination a été circonscrite au niveau du foyer détecté dans la wilaya de Tipaza. Le variant indien détecté en Algérie est « de sous-type 2, qui comporte des différences par rapport au mutant Hybride circulant actuellement en Inde (Absence de la mutation E484K) », a rappelé l’IPA. Selon son directeur, les vaccins actuellement utilisés sont efficaces contre ce variant.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Cela dit, les vingt cas du variant indien du Covid-19 détectés jusque là en Algérie sont tous des ressortissants asiatiques ( indiens ou chinois) qui travaillent sur des chantiers en Algérie. Toutefois, cela ne veut pas dire que la propagation de ce variant est circonscrite sans que les pouvoirs publics notamment les services de la santé ne soient vigilants en matière de vigilance sanitaire. En effet, rien n'indique que cette souche du Covid-19, classée par l'OMS comme un variant dangereux vu sa vitesse de propagation , ne touchera pas des citoyens algériens, notamment les travailleurs en contacts avec les ressortissants asiatiques déjà contaminés. A cet effet, les spécialistes recommandent l'isolement sanitaire des cas confirmés et de procéder à une enquête épidémiologique en vue de détecter d'autres éventuelles contaminations.

Lire aussi : Covid-19: Le variant indien détecté pour la première fois en Algérie