La journaliste Kenza Khatto a été placée en garde à vue dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 mai. Elle a été violemment interpellée au début de l’après-midi pendant qu'elle couvrait la marche hebdomadaire du Hirak a Alger. La journaliste dont l'arrestation a été filmée, a été conduite au commissariat central où elle a été interrogée avant qu'elle ne soit placée en garde à vue.

Kenza Khatto va être présentée devant le procureur, dimanche ou lundi. Elle fait partie des huit journalistes arrêtés alors qu'ils assuraient la couverture de la marche du Hirak qui a été violemment réprimée. D'autres journalistes ont été interdits d'exercer leur métier durant la même marche, selon plusieurs témoignages. Ainsi, les autorités ont décidé de réprimer la manifestation sans témoins gênants. Dans ce climat de "terreur", plusieurs journalistes et photographes ont décidé de plier bagages. Ils affirment qu'il était impossible de faire leur travail "sous la matraque".

La journée du vendredi a été une journée noire pour la liberté de la presse. Dès le début de l’après-midi, les journalistes étaient la cible des services de sécurité. La journaliste Lynda Abbou et le photographe Sidahmed Belouechrani, ont été retenus pendant trois heures devant le commissariat 3e à Bab El Oued. Djaffar Khelloufi, Mustapha Bastami, Khaled Drareni ont également été retenus depuis le début de l’après-midi au commissariat de la rue du Dr Saadane à Alger.

À lire aussi :  France : Un groupe islamiste et un autre d'extrême droite dissous

Ces arrestations confirment la volonté du pouvoir du museler toutes les voix discordantes. La mise sous mandat de dépôt de la journaliste Kenza Khatto est une nouvelle preuve de la précarité dans laquelle les journalistes algériens exercent leurs métiers et la pression qu'ils subissent. Elle intervient quelques jours après la mise sous mandat de dépôt du journaliste Rabah Kareche, correspondant du quotidien francophone Liberté à Tamanrasset.

Lire aussi : Algérie : Un journaliste du quotidien Liberté placé sous mandat de dépôt