Interdit de rentrer au pays, un ressortissant algérien a été contraint de passer la fête de l’Aïd el Fitr à l’aéroport international d'Alger. En effet, un Algérien exerçant dans le domaine pétrolier a été interdit d’accès sur le sol algérien, en raison de l'expiration de l’autorisation présentée, a indiqué, vendredi 14 mai, plusieurs médias locaux.

Selon les mêmes médias, un homme prénommé, Ahmed, exerçant dans le domaine pétrolier dans l’un des pays du Golf, s’est retrouvé pris au piège dès son arrivée en Algérie qui remonte à plus d’une semaine. Ce dernier s’est vu interdire l’accès au pays en raison de l’autorisation présentée à son arrivée. Elle aurait expirée, selon les mêmes sources. Une situation intenable puisque le monsieur a dû passer l’Aïd el Fitr bloqué à l’intérieur de l’aéroport international d'Alger.

Cinq Indiens ont eu une fortune différente

A son arrivée et après le refus formulé, les autorités algériennes lui ont présenté deux alternatives. La première est celle de rembarquer dans le même avion afin de retourner vers le pays de provenance. La seconde alternative est celle de rester à l’aéroport de la capitale algérienne, plus précisément dans la zone internationale.

Le ressortissant algérien s’est retrouvé ainsi bloqué en compagnie de cinq Indiens, qui ont été conduits vers un hôtel, le lendemain de leur arrivée. L'Algérien, quant à lui, est resté bloqué dans la même zone aéroportuaire faisant face à des conditions de vie quasi-inhumaines. Ahmed a confié : « Pour dormir, je posais mes vêtements sur le sol comme si je n’étais pas Algérien. Je n’avais jamais imaginé que cela pouvait m’arriver à l’aéroport de mon propre pays ».

Lire aussi : « Les Algériens bloqués à Roissy vivent dans des conditions infernales »