L'Algérie va prochainement acquérir un premier lot de 5.000 véhicules électriques. C'est ce qu'a indiqué le ministre algérien de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Chems Eddine Chitour qui a souligné que des stations de recharge de ce type de véhicules vont également être installées un peu partout dans le pays.

L'Algérie compte bientôt se lancer dans l'importation et la commercialisation des voitures électriques. Intervenant, mardi 18 mai à Alger, à l'occasion de la 25e édition de la journée de l'énergie, consacrée à « la transition énergétique et le développement durable », le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Chems Eddine Chitour a fait savoir que l'Algérie « entend généraliser progressivement les voitures électriques d'ici à 2030 afin de réduire l'utilisation du carburant ».

À cet effet, le responsable algérien a indiqué que l'Etat algérien va bientôt lancer l'importation de ce type de voitures. « Nous allons commencer par l'acquisition de 5.000 voitures électriques et l'installation de stations de recharge de ce type de véhicules », a-t-il fait savoir.

« Les voitures électriques vont remplacer les voitures essence et diesel en Algérie »

M. Chitour a, en outre, souligné que « l'Algérie dispose d'un délai de 7 à 8 ans seulement pour réaliser la transition vers les énergies renouvelables et sortir de la situation actuelle marquée par la dépendance aux énergies conventionnelles ». Raison pour laquelle, il estime nécessaire le lancement des voitures électriques qui « remplaceront progressivement les voitures essence et diesel », a-t-il ajouté.

Le ministre algérien a estimé que le projet du véhicule électrique permettra ainsi à l'Algérie de sortir de sa dépendance des hydrocarbures. Elle permettra également aux Algériens de faire beaucoup d'économies : « Le rechargement des voitures électriques coûte cinq fois moins chère que le plein des voitures fonctionnant au carburant », a-t-il rappelé. Pour rappel, le même responsable a fait savoir, en février dernier, que les prix des véhicules électriques que devraient importer l'Algérie ne devraient pas dépasser les 10.000 euros, soit environ, 160 millions de centimes.

Lire aussi : L’Algérie a-t-elle réellement les moyens pour importer des véhicules électriques ?