Le président français Emmanuel Macron violemment giflé : En déplacement dans la Drôme, ce mardi 8 juin, dans le cadre de son tour de France des territoires, Emmanuel Macron s’est fait violemment gifler par un individu qui se trouvait derrière les barrières de sécurité. Les forces de l'ordre ont rapidement intervenu et procédé à l'arrestation de deux personnes.

Une courte vidéo montrant le président de la République française se faire agresser par la personne se trouvant derrière les barrières de sécurité circule sur les réseaux sociaux. L’agresseur a profité du moment où Emmanuel Macron a voulu lui serrer la main pour le gifler. Cet indicent est intervenu lors du déplacement du président français dans la Drôme, dans le sud-est de la France, pour faire la promotion de la « grande concertation » qu'il avait lancée. Il compte, selon ses déclarations, projeter le pays dans l'après-Covid.

L'appel au calme d'Emmanuel macron

Selon les médias français, Emmanuel Macron a interrompu son cortège à quelques mètres du restaurant où il a déjeuné en terrasse pour saluer des badauds qui l'acclamaient. Dans la foule, qui s'est rangée derrière les barrières de sécurité, une des personnes présentes s'en est prise physiquement au président de la République française. Les médias français ont également affirmé que la vidéo publiée sur les réseaux sociaux est authentique. L'entourage de Macron a confirmé que certains individus avaient scandé « à bas la Macronie » et d'autres ont crié des slogans royalistes.

Cette agression a eu lieu après quelques minutes de l'appel lancé par Emmanuel Macron à la pacification générale dans un point de presse. « La vie démocratique a besoin de calme et de respect. De la part de tout le monde. Des responsables politiques, comme des citoyens. Dans la démocratie, des oppositions peuvent s'exprimer librement : dans la rue, dans la presse, à la télévision... Et elle s'exprime à échéances régulières dans les urnes. La contrepartie de cela, c'est la fin de la violence et de la haine. Si la haine et la violence reviennent, elles fragilisent une seule chose, c'est la démocratie. Et donc j'appelle tout le monde au respect et au calme », avait déclaré le président français.