Y a-t-il une politique de deux poids, deux mesures dans la question de la mise en quarantaine des voyageurs arrivant en Algérie depuis la réouverture des frontières ? Une interrogation du journaliste algérien Khaled Drareni a lancé le débat sur les réseaux sociaux après que des reporters français soient entrés en Algérie sans mesure de mise en quarantaine.

Débat autour de la quarantaine des voyageurs arrivant en Algérie

En fait, il s'agit d'environ 10 journalistes venus couvrir les élections législatives anticipées du 12 juin. Ils ont débarqué à l'aéroport d'Alger le mardi 8 juin, au même titre que les Algériens rentrés au pays pour des vacances en famille.

« Qui peut nous expliquer pourquoi les passagers algériens, arrivés hier 8 juin 2021 de Paris à bord d’un vol Air Algérie AH1011' ont tous été mis dans des bus et envoyés vers leurs hôtels pour y être confinés pendant 5 jours, mais pas la dizaine de journalistes français venus couvrir les élections législatives sortis librement et sans confinement ? », s'est interrogé Khaled Drareni, suggérant qu'il existe deux politiques differentes dans les dispositions de quarantaine entre les voyageurs algériens et les ressortissants étrangers, notamment français.

Voyage vers l'Algérie sans confinement : Des journalistes y ont droit

La compagnie aérienne Air Algérie et la direction de l'aéroport n'ont pas réagi à cette interrogation, mais sur les réseaux sociaux, les internautes ont tenté des explications pour la plupart critiques à l'égard des autorités algériennes. Notamment celles qui voient une volonté des responsables algériens d'encourager une couverture soft du scrutin législatif du 12 juin.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Certains internautes ont, par exemple, tenté l'explication disant que les journalistes français étaient vaccinés, et c'est ce qui leur aurait permis d'éviter le confinement. Mais d'autres ont rétorqué que même les Algériens de la diaspora comptent parmi eux des personnes vaccinées. Surtout que dans les conditions de voyage imposées aux Algériens avant le 1er juin, la question du vaccin contre le covid-19 n'a, à aucun moment, été évoquée.