L'Élysée envisage de sanctionner l'Algérie en matière de délivrance de visas pour la France. Mécontente du manque de coopération dans le dossier de la lutte contre l’immigration clandestine, la présidence française a décidé de réduire d'une manière drastique le nombre de visas octroyés aux Algériens.

Les relations entre l’Algérie et la France traversent une nouvelle période trouble. Ainsi, pour faire face au flux migratoire, la France envisage de mettre la pression sur l’Algérie. La question a été traitée lors d'une réunion organisée le 9 juin à l’Elysée. Cette réunion avait pour objectif de mettre le point sur les questions migratoires. Les ministres français de l’Intérieur, le garde des Sceaux et le ministre des Affaires étrangères se sont penchés sur la coopération de trois pays de l'Afrique du nord sur la question migratoire. Ils ont mis en évidence les politiques de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie qui « ne jouent pas suffisamment le jeu » avec la France, notamment pour reconnaître leurs ressortissants que la France a décidé d'expulser.

Les visas pour la France contre le rapatriement des sans-papiers algériens

La France utilise ainsi la politique du chantage. Elle conditionne l'octroi de visas aux algériens par le rapatriement des sans papier algériens se trouvant en France. Cette politique a été mise à l'oeuvre depuis l'élection d'Emmanuel Macron et représente un engagement personnel du président français. Le levier de la restriction des visas est un moyen de pression sur l’Algérie pour qu’elle rapatrie ses ressortissants visés par des mesures d’expulsion.

À lire aussi :  Démantèlement d'un réseau de trafic de migrants et de cocaïne de et vers l'Algérie

L'Algérie n'est pas la seule concernée et ce chantage aux visas est censé pousser à la coopération entre les pays qui refusent de reprendre leurs ressortissants en situation irrégulière.

Rappelons aussi qu'en décembre dernier, l'Algérie a rejeté la liste des « Français d’origine algérienne fichés pour radicalisme » que la France voulait expulser vers leur pays d’origine.