La Parlement européen a officiellement approuvé, mercredi 9 juin, le « pass Covid », qui doit permettre aux citoyens de l'UE de circuler librement au sein de l'Union. Ce « Certificat numérique Covid européen » entre en vigueur à partir du 1er juillet 2021.

Les députés européens ont largement donné leur feu vert final, le mercredi 9 juin, au Certificat numérique Covid européen (communément appelé « pass Covid ») destiné à faciliter les déplacements au sein de l’UE. À charge désormais aux États membres de le mettre en place d’ici au 1er juillet.

Un Pass Covid pour voyager librement dans l'UE

Ces certificats attestent qu’une personne a été vaccinée contre le Covid-19, qu’elle a passé un test négatif ou qu’elle est immunisée après une infection. Ils sont délivrés gratuitement, en format numérique ou papier, et doivent permettre d’éviter de faire des quarantaines dans les pays de destination.

Ainsi, à partir du 1er juillet 2021, les résidents de l’Union européenne devraient pouvoir voyager librement, sans mesures restrictives, grâce au Certificat Covid. Ce pass sanitaire gratuit, qui se présente sous forme de QR code, peut être obtenu par tout résident européen en mesure de présenter un test négatif récent, une preuve de vaccination ou un certificat d’immunité contre le Covid-19.

Pass Covid et vaccination : un sujet qui reste sensible au sein l'UE

Le Pass Covid de l'UE a pour but de permettre à l’ensemble des pays européens de tourner la page du Covid-19. Mais la course à la vaccination, débutée en décembre 2020, a généré d’importants écarts au sein de l’Union. Alors que la Hongrie et Malte comptent tous deux plus de 40 % de citoyens intégralement vaccinés, la moyenne en France, en Allemagne et en Italie avoisine les 20 %, devant la Croatie (14 %) et la Bulgarie (9 %), dernière du classement. Face à ces écarts dans les politiques vaccinales, et alors qu’une partie de la population européenne reste hostile à la vaccination, l’Union européenne s’est bien gardée d’en faire un critère obligatoire.

« Le Traité européen nous permet certes de mettre en place des mesures contraignantes pour l’ensemble du bloc, mais nous devons respecter la souveraineté des États et toute mesure discriminatoire est proscrite », explique Jeroen Lenaers, député européen chargé du dossier au sein du Parti populaire européen (démocrates-chrétiens), contacté par France 24. Il ajoute :

« Avec le certificat Covid numérique, nous avons souhaité mettre en place un outil facile et efficace qui encourage à la vaccination. Mais nous avons bien conscience que les citoyens ne contrôlent pas la politique vaccinale de leur pays et qu’il était primordial d’offrir d’autres possibilités ».

Alors que seuls les vaccins autorisés par l’Union européenne sont, en théorie, acceptés pour le pass Covid, une exception a été faite pour la Hongrie qui a massivement utilisé le vaccin russe Spoutnik V, qui n'est pas encore homologué en Europe. Si le pays est intégré au programme, les autres États membres pourront néanmoins décider individuellement d’autoriser ou non les voyageurs hongrois ayant reçu ce vaccin à entrer sur leur sol.

Enfin, reste la question des enfants, dont la vaccination systématique fait encore débat au sein de l’Union, et qui doivent, pour l’heure, présenter un test négatif ou justifier d’une immunité suite à une infection, à partir de l'âge de 6 ans.