Un autre journaliste a été placée sous contrôle judiciaire. Il s'agit de Abdelkader Berrebiha du quotidien francophone La Réflexion. Les journalistes subissent de plus en plus de pression dans l'exercice de leur travail et la liberté de la presse traverse des moments difficile en Algérie.

Le journaliste a été arrêté le 12 Juin par la gendarmerie nationale chez lui à Takhemart dans la wilaya de Tiaret. Il a été placé sous contrôle judiciaire après sa présentation devant le procureur et juge d'instruction du tribunal de Frenda, le dimanche 13 Juin. Abdelkader Berrebiha est accusé de « diffusion de fausses informations » ainsi que de « perturbation des élections » selon la Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Cette arrestation parvient dans une conjoncture très difficile pour la presse en Algérie. plusieurs journalistes subissent une grande pression de la part des services de sécurité et de la justice. Deux jours avant les élections, le journaliste Khaled Drareni et le responsable du site Radio M, Ihsane El-Kadi, ont été arrêtés et maintenus en détention pendant 30 heures. Ils ont été interpellés par des éléments de la sécurité intérieure (DGSI). Les deux journalistes ont été conduits au fameux centre Antar pour y être interrogés.

Khaled Drareni et El Kadi Ihsane n’ont pas manqué de dénoncer ces arrestations, qu’ils assimilent à de la séquestration. « Ces méthodes doivent s’arrêter », clament-ils, en exprimant leur indignation. Par ailleurs, un autre journaliste a été placé sous mandat de dépôt depuis le 19 avril dernier. Il s'agit de Rabah Kareche du quotidien Liberté.

À lire aussi :  Affaire Pegasus : L'Espagne et le Maroc ont-ils enterré la hache de guerre ?

Le journaliste Rabah Kareche est en prison depuis presque 2 mois, suite à la publication « dans l’édition du dimanche 18 avril de Liberté, d’un article sur une manifestation contre le nouveau découpage administratif » à Tamanresset.