La Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH) a réagit, ce lundi 14 juin 2021, aux nouvelles déclarations de détenus diffusées par l'ENTV accusant les militants de Hirak d'agir pour des forces occultes. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, la LADDH évoque une grave dérive du pouvoir.

La télévision algérienne a diffusé, ce lundi sur sa page Facebook, une nouvelle vidéo accablant les militants du Hirak. Les intervenants, des personnes placées en garde à vue, ont accusé ouvertement les animateurs du mouvement d'agir pour des forces étrangères ayant pour objectif de déstabiliser le pays.

Cette sortie a été condamnée et dénoncée sur les réseaux sociaux. La Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH) fait partie des organisations qui sont montées au créneaux pour condamner ces déclarations. Sur sa page facebook, la LADDH écrit :

« Après la diffusion par la télévision nationale officielle ENTV, une nouvelle fois, d'une nouvelle vidéo d'un citoyen placé en garde à vue, qui comprend des déclarations et accusations graves touchant des militants et le Hirak pacifique en général, la LADDH, tout en condamnant ces pratiques illégales, interpelle les autorités justicières d'agir d'urgence pour faire cesser ces pratiques qui portent atteinte au droit des citoyens à la présomption d'innocence et au secret de l'enquête et de l'instruction. »

Et d'ajouter : « beaucoup de questions se posent par l'opinion publique sur l'ambiance dans laquelle se sont déroulés ces interrogatoires. Sont-ils vraiment réalisés dans le respect des droits des prévenus ? »

À lire aussi :  L'ambassadeur de France au Maroc se désengage de la résolution de l'UE

Par ailleurs, la même organisation réitère sa demande pour la libération des détenus : « La LADDH rappelle au respect des droits des justiciables et réitère à l'occasion sa demande de la libération de l'ensemble des détenus d'opinion et l'arrêt de la répression ».