Une plainte contre la présidente du Rassemblement National, Marine Le Pen, a été déposée en France pour « incitation à la haine, à la violence ou à la haine raciale et diffamation », a rapporté, ce jeudi 17 juin 2021, la presse française. La plainte, qui cible également la formation politique de droite et deux candidat du parti aux élections départementales, a été déposée par l’Association Avocats pour la défense des étrangers.

La montée au créneau de cette association, qui regroupe une quinzaine de professionnels du barreau de Pau (Pyrénées-Atlantiques), au sud-ouest de la France, a été provoquée par un tract placardé par le parti dans la cadre de la campagne électorale pour les prochaines élections départementales.

« Prise en charge des migrants. Le saviez-vous ? Un mineur isolé étranger coûte 40000 euros par an au département. 60 % sont en réalité majeurs. Ils sont responsables de l’explosion de l’insécurité. Seuls nos élus mettront un terme à ce scandale », peut-on lire en substance sur ces tracts, rapporte notamment le journal France bleu.

Ce sont ces propos qui ont fait réagir. « Ce tract déshumanise totalement les enfants qui arrivent sur le territoire. Il les désigne comme des bouc-émissaires. Tout est incriminant et c’est un appel à la haine. Cette déshumanisation de l’adversaire ou de celui jugé comme responsable de tous les maux ou qui doit être éliminé, c’est une pratique que l’on retrouve dans les états totalitaires. C’est une pratique mise en œuvre par les Nazis ! », indique d’ailleurs un des plaignants, maître Isabelle Casau.

« Ils s’attaquent à ceux qui sont les plus faibles. Ce sont des enfants sans leurs parents. On n’a pas le droit de les traiter de cette façon », s’indigne la même avocate. Et d’ajouter: « Il est insupportable de les voir ainsi stigmatisés, montrés du doigt alors que ce sont des enfants remarquables, qui font des efforts pour parler le français, pour trouver un travail dans les domaines les plus difficiles comme la maçonnerie ou la restauration où les patrons peinent à recruter. Ce sont des gamins qui font des efforts, sont séparés de leur famille, souffrent énormément, qui souvent ont fui des maltraitances… ce sont des enfants qui ne peuvent que susciter la compassion et l’admiration ».

Il est à noter que la plainte a été déposée le mercredi 16 juin 2021 auprès de la procureure de la République de Pau.