La question de délivrance de visas aux les Algériens, surtout à ceux qui ont des motifs liés à la santé de leurs proches, revient encore sur le devant de la scène. Le nombre de refus pour ces raisons « humanitaires » prend de l’ampleur. C’est le cas de la famille d’un adolescent établi en France et qui souffre d’une malade grave.

En effet, Wassim, âgé de 14 ans, est privé de sa famille. Il est atteint d’une Leucémie et ses parents sont bloqués en Algérie. Les autorités consulaires françaises leur refusent un visa pour se rendre au chevet de leur fils qu’ils n’ont pas vu depuis 4 ans.

L’adolescent, hospitalisé au CHU de Rouen depuis 8 mois pour une récidive de leucémie, se retrouve seul à se battre contre la maladie. Faute d’un visa, ses parents sont dans le désarroi total.

Wassim a été accueilli par sa tante il y a de cela 4 ans pour se soigner. Il est dans une situation irrégulière. Selon une de ses cousines, l’adolescent a été scolarisé au collège durant « les quelques périodes de rémission qu’il a connues ». « Après deux ans de traitement, ça allait bien, il avait retrouvé la forme, la chimiothérapie était terminée », ajoute-t-elle.

Le pronostic vital de l’adolescent est engagé

Malheureusement pour la famille , l’état de santé de l’adolescent s’est dégradé. Il est réadmis à l’hôpital depuis décembre dernier. Sa cousine révèle que Wassin a développé ce que l’on appelle un GVH, « c’est le rejet du greffon de l’autre ». Elle explique que « les cellules ont attaqué ses organes, ses intestins sont fortement touchés. Il ne peut plus s’alimenter seul. Il est sous morphine en permanence, c’est un traitement très lourd qui provoque des crises de douleur régulières ». Ainsi, les médecins « disent que son pronostic vital est engagé. On est très pessimiste, c’est pour ça qu’on s’accroche à son dernier souhait », affirme la cousine de l’adolescent.

Face à cette tragédie, la famille de l’adolescent a alerté l’opinion publique. Ils appellent à la mobilisation pour permettre à Wassim de revoir ses parents. La diaspora algérienne établie en France s’est également jointe à la famille pour demander aux autorités de délivrer des visas à la famille de l’adolescent pour que cette dernière puisse être à ses côtés.