L’ancien président de l’Assemblée populaire nationale (APN) et ex-secrétaire général du FLN, Mouad Bouchareb, a été convoqué par la justice. L’ancien patron du FLN sera entendu par le juge d’instruction près le tribunal de Bir Mourad Raïs à Alger suite à une plainte déposée en 2019 par des membres du Comité central (CC) du FLN pour « usurpation de fonction ».

L’ex-secrétaire général du FLN Mouad Bouchareb vient ainsi d’être rattrapé par une affaire en justice qui remonte à l’année 2019, alors qu’il était président de l’APN. Bouchareb a été convoqué ces jours-ci par le tribunal de Bir Mourad Raïs à Alger, suite à la plainte déposée contre lui, en mai 2019, par plusieurs membres du Comité central (CC) du FLN, indique le quotidien El Watan.

Mouad Bouchareb rattrapé par une affaire qui remonte à 2019

Mouad Bouchareb a été convoqué en début de semaine, mais n’a pas pu répondre, puisque la convocation a été envoyée au siège du parti à Hydra, alors que lui n’y est plus domicilié depuis son éviction, par ses pairs, de la tête du FLN et de l’Assemblée nationale. Il ne s’agit pas de la seule plainte à laquelle il devra faire face. Mouad Bouchareb a fait l’objet d’une deuxième plainte, déposée par le défunt Saïd Bouhadja, pour « usurpation du poste de président de l’APN », précise El Watan.

À lire aussi :  Abdelmadjid Tebboune réagit aux nouvelles déclarations de Pedro Sánchez sur le Sahara occidental

Bouchareb accusé d’avoir usurpé la fonction de SG du FLN

Selon la même source, les plaignants accusent Bouchareb d’avoir « usurpé la fonction de secrétaire général », alors qu’il avait été désigné au mois d’octobre 2018 comme coordinateur, à la suite de la démission forcée de Djamel Ould Abbès de la direction du FLN. Pour ses adversaires, « sa mission se limitait à préparer la tenue du congrès du parti, et élire un secrétaire général, qui ne peut venir que des instances dirigeantes. Or, Bouchareb n’a jamais fait partie de ces instances ».

Il était un partisan du 5e mandat pour Bouteflika

« Comment a-t-il pu dépenser tout cet argent, durant les quatre mois de son passage, alors qu’il n’avait pas la délégation de signature ? Par quel artifice a-t-il pu dépenser des sommes énormes pour financer certaines activités et surtout prendre en charge ou participer à la campagne du 5e mandat pour Bouteflika ? Des questions auxquelles il doit répondre devant le juge », déclare un des membres du CC du FLN, ayant été entendus par le tribunal de Bir Mourad Raïs, ces jours-ci, en tant que plaignants.

Bouchareb poussé à la démission en 2019

L’on se rappelle dans quelles conditions Mouad Bouchareb avait conquis la présidence de l’Assemblée nationale, le 24 octobre 2018, après un violent bras de fer avec son prédécesseur, Saïd Bouhadja, forcé à quitter son poste. Candidat unique, Bouchareb avait le soutien des quatre partis de la majorité et des indépendants. Il a été plébiscité avec 320 voix, pour une seule abstention. 288 députés étaient présents et 33 ont voté par procuration.

À lire aussi :  Une écrivaine algérienne accuse Macron de mener une politique islamophobe

Les députés de l’opposition ont boycotté la séance pour signifier leur rejet de la procédure suivie pour destituer le président Bouhadja. Ce n’est qu’en juillet 2019, dans le sillage de la révolution populaire du 22 février, que Mouad Bouchareb décide de quitter son poste à la tête de l’APN. Il démissionne le 1er mai, moins de trois mois après son éviction comme SG du FLN, et au lendemain de la démission de Abdelaziz Bouteflika de la présidence de l’État.