Depuis l’ouverture partielle des frontières et la reprise des vols entre Paris et Alger, le 1er juin dernier, des centaines d’Algériens vivent un véritable calvaire. En effet, ces ressortissants désespèrent de trouver des places sur les vols d'Air Algérie. Ils dénoncent la gestion de la billetterie ainsi que le manque de communication de la compagnie aérienne nationale.

Cette situation, due essentiellement au nombre de vols limités, devient de plus en plus insupportable pour les ressortissants algériens vivant en France. Ces Algériens voulant rentrer au pays se retrouvent comme des « laissés pour compte ». Le site de la compagnie algérienne affiche souvent un message d'erreur. Quant aux numéros de téléphone d'Air Algérie, ils sont hors services selon plusieurs personnes qui ont tenté de les joindre.

Les Algériens de France se rendent aux aéroports pour trouver des vols d'Air Algérie

Alors à défaut de trouver un billet sur le site d'Air Algérie, plusieurs ressortissants se rendent carrément dans les aéroports dans l'espoir de trouver des places à bord des vols d'Air Algérie. C'est le cas de Doudouche. Elle n'est pas rentrée en Algérie depuis 2020. pendant le confinement elle a perdu son père en Algérie. Doudouche a fait des pieds et des mains pour avoir un billet. Sa réservation avec Air France a été annulée. La jeune étudiante est tout le temps branché sur le site d'Air Algérie espérant trouver une place.

À lire aussi :  Reprise des vols à l'aéroport de Montpellier

Les agences étant fermées, Doudouche se déplace régulièrement à l'aéroport d'Orly dans l'espoir de décrocher le fameux sésame. Elle guette le comptoir de la compagnie algérienne sans succès depuis le début du mois de juin. « J'en peux plus, j'ai peur de perdre la raison », nous confie-t-elle. Elle ajoute « j'ai besoin de rentrer au pays, je dois faire mon deuil ». Doudouche nous a aussi affirmé qu'elle ne comprend pas comment sont vendus les billets d'Air Algérie.

D'autres Algériens ne cessent de dénoncer sur les réseaux sociaux la gestion de la billetterie. Ils dénoncent aussi le nombre limité d'avions qui desservent l’Algérie.