Le roi du Maroc Mohammed VI a adressé, le 5 juillet, un message au chef de l'État algérien, Abdelmadjid Tebboune. Un message dans lequel Mohammed VI a tenu à transmettre ses félicitations au peuple algérien à l’occasion du 59e anniversaire de la fête de l’indépendance.

L’Algérie a fêté, lundi 5 juillet, le 59e anniversaire de son indépendance. À cette occasion, plusieurs présidents et dirigeants du monde entier ont adressé des messages de félicitations au chef d’État algérien, Abdelmadjid Tebboune. Parmi eux, le roi du Maroc, Mohamed VI.

Dans son message, le Roi Mohamed VI transmet « ses chaleureuses félicitations et ses sincères vœux de progrès et de prospérité au peuple algérien », peut-on lire dans le communiqué relié par l’agence officielle marocaine MAP, le 5 juillet.

Vers une amélioration des relations entre l'Algérie et le Maroc ?

Le Souverain marocain souligne dans son message à Abdelmadjid Tebboune que « le peuple marocain se joint au peuple algérien frère pour célébrer cette glorieuse occasion, se remémorant avec fierté la solidarité fraternelle et sincère qui a marqué leur lutte héroïque commune pour la liberté et l'indépendance ».

Pour de nombreux observateurs, le message du roi du Maroc au chef de l'État algérien, en dépit de son caractère purement diplomatique, en ce genre de circonstances, n'en constitue pas moins un pas vers un nouvel essor des relations entre les deux pays.

À lire aussi :  Une écrivaine algérienne accuse Macron de mener une politique islamophobe

Des tensions entre l'Algérie et le Maroc

En effet, depuis plusieurs mois, la tension monte entre l'Algérie et le Maroc, en raison notamment de la sempiternelle question du Sahara occidentale. L'affaire de l'hospitalisation du chef du Polisario, Ibrahim Ghali, en Espagne, a suscité une montée de bouclier chez le voisin algérien de l'Ouest.

Dans un communiqué publié le 25 avril dernier, le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger « déplore l'attitude de l’Espagne qui accueille sur son territoire le dénommé Brahim Ghali, chef des milices séparatistes du Polisario, poursuivi pour des crimes de guerre sérieux et des atteintes graves aux droits de l’homme ».

Les autorités marocaines sont allées jusqu'à accuser le chef du Polisario d'avoir regagné l'Espagne avec un passeport diplomatique algérien. « Pourquoi le dénommé Brahim Ghali a été admis en Espagne en catimini et avec un faux passeport ? Pourquoi l’Espagne a jugé utile de ne pas en aviser le Maroc ? », s'interroge le ministère marocain dans le même communiqué.

Sahara occidentale : « c’est plutôt le Maroc qui a des problèmes avec l’Algérie »

De son côté, le chef de l'État algérien, Abdelmadjid Tebboune, n'a pas été tendre vis-à-vis du pouvoir marocain. Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision qatarie, le dirigeant algérien, insinue que le royaume chérifien veut « faire taire la voix de l’Algérie », insistant sur la position « immuable » de l’Algérie sur la question du Sahara occidental.

À lire aussi :  Abdelmadjid Tebboune réagit aux nouvelles déclarations de Pedro Sánchez sur le Sahara occidental

« Certains veulent faire taire la voix de l’Algérie, un pays souverain puisqu’il n’est plus endetté, et cela n’aura pas lieu », a-t-il déclaré. « Nous n’avons pas de problème avec le Maroc, mais c’est plutôt le Maroc qui a des problèmes avec l’Algérie », a affirmé Abdelmadjid Tebboune, rappelant que la position de l’Algérie sur la question du Sahara reste « imprescriptible et immuable ».