Avec un total de 303000 postes d’emploi occupés, soit 1,2 %, des principaux métiers les plus demandés et les plus contraignants, les Algériens immigrés en France arrivent à la deuxième position derrière les Portugais, qui occupent un total de 316000 postes de travail en France. C’est ce qu’a révélé une étude publiée le 2 juillet dernier par la Direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques (DARES) relevant du ministère français du Travail.

Ils sont souvent cuisiniers, agents de sécurité, maçons ou employés de maison. Ils font aussi souvent des horaires à rallonges, portent des charges lourdes ou travaillent en décalé. Les immigrés occupent en France beaucoup d'emplois pénibles. C'est ce que confirme une étude la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) du ministère du Travail français.

303000 postes d’emploi occupés par des immigrés algériens en France

Selon cette étude, les Algériens occupent en France 5,9 % des emplois dans le gardiennage et la  sécurité, 2,5 % comme assistantes maternelles, 2,4 % comme agents d’entretien, 2,4 % comme conducteurs de véhicules et 2,1 % comme ouvriers non qualifiés de manutention. Selon la DARES, les travailleurs immigrés sont particulièrement concentrés dans les secteurs du bâtiment et des services aux particuliers.

À lire aussi :  Le calvaire des demandeurs de titre de séjour en Seine-Saint-Denis

1,2 % des métiers les plus contraignants en France sont occupés par des Algériens

Plus de 303000 postes d’emploi sont occupés par des immigrés nés en Algérie, soit 1,2 %, dans les cinq principaux métiers les plus demandés et les plus contraignants, selon la même source. Les Algériens immigrés en France occupent la deuxième position derrière les Portugais qui, eux, occupent un total de 316 000 postes d’emploi dans cinq autres métiers, comme le BTP, le gardiennage ou encore les employés de maison.

5,9 % des agents de sécurité en France sont nés en Algérie

Concernant les personnes employés comme agents de sécurité en France : « les travailleurs nés en Algérie, au Maroc ou en Tunisie en constituent 27 % », ajoute la même étude, qui précise que 2,7 millions de travailleurs immigrés (dont certains ont ensuite pu être naturalisés Français) sont plus nombreux dans 35 métiers.

Parmi les employés de maison et les ouvriers du bâtiment, les travailleurs nés au Portugal sont surreprésentés. Les natifs du Maghreb (Algérie, Tunisie et Maroc), sont également plus nombreux parmi les agents de gardiennage et de sécurité et, pour les plus jeunes, parmi les ingénieurs informatiques, selon la même étude.

Un emploi sur dix en France occupé par une personne née à l'étranger

En 2017, un emploi sur dix était occupé par une personne résidante en France et née à l'étranger. Les immigrés sont particulièrement concentrés dans certains secteurs : les métiers des services aux particuliers et du bâtiment. Ils représentent 39 % des employés de maison, 28 % des agents de gardiennage et de sécurité, 27 % des ouvriers non qualifiés du gros œuvre du BTP (construction du corps du bâtiment). Ils sont aussi surreprésentés dans les métiers de l'hôtellerie et de la restauration, ainsi que dans certains métiers de la logistique et du transport.

À lire aussi :  Soixante ans après l'indépendance, ces Algériens papis-portefeuilles

Tous ces corps de métiers ont en commun la pénibilité et « se caractérisent globalement par des conditions de travail plus contraignantes que la moyenne », rappelle l'étude. Et une partie des travailleurs immigrés est menacée par le chômage. Il s'agit souvent de ceux occupant un poste qualifié comme les ingénieurs de l'informatique, les ouvriers qualifiés du gros œuvre du bâtiment, ou du textile et du cuir.