Le retour au confinement sanitaire semble faire consensus chez les spécialistes en Algérie. Après le professeur Riyad Mahiyaoui, qui n'a pas écarté cette possibilité pour contrer l'inquiétant rebond du coronavirus dans la pays, le directeur de l'Institut Pasteur Algérie (IPA), Faouzi Derrar, affirme également que le durcissement de la dite mesure de lutte contre le Covid-19 est plausible.

S'exprimant sur le sujet ce samedi 10 juillet 2021, Faouzi Derrar n'a pas pas exclu l'éventualité d'opter pour cette disposition dans les prochains jours. Intervenant sur les ondes de la radio locale de la wilaya de Sétif, le directeur de l'Institut Pasteur (également membre du comité scientifique de suivi du coronavirus en Algérie) a indiqué que la situation ne peut pas durer ainsi.

Face à la spectaculaire recrudescence de cette pandémie de coronavirus qui fait des dizaines de victimes et qui endeuille des familles entières chaque jour, Faouzi Derrar a affirmé que des mesures d'urgence s'imposent. Dans ce sens, il a indiqué que le retour à un confinement total ou partiel n'est pas à écarter dans certaines régions.

Attention au variant Delta du Covid-19 en Algérie

Le même spécialiste a d'ailleurs souligné que le nombre des nouvelles contaminations quotidiennes enregistrées en Algérie risque d'augmenter davantage dans les quelques prochains jours. Notons que le ministère de la Santé a fait état dans son bilan le vendredi 9 juillet avec plus de 800 nouveau cas d'infections en 24 heures.

Le directeur de l'IPA a expliqué cette vague avec l'apparition des deux variants du coronavirus, à savoir la souche britannique et surtout indienne, qui est plus virulente. Faouzi Derrar a expliqué dans ce sillage qu'une personne atteinte de ce virus peut contaminer jusqu'à huit autres de son entourage.

La vaccination pour éviter un retour au confinement en Algérie

Pour éviter un scénario catastrophique semblable à celui que connaissent l'Inde et la Tunisie, Derrar a invité les citoyens à se faire vacciner. Pour lui, le plus dur reste à venir si des dispositions urgentes ne pas pas appliquées.