Alors qu'ils sont des milliers d’Algériens à essayer de traverser la méditerranée pour s'installer en France ou dans un autre pays européen, ils sont plus de 250 à vouloir faire le trajet en sens inverse. En effet, selon l'AFP, 252 algériens en situation irrégulières en France, qui ont fait des démarches pour rentrer en Algérie, ont été empêchés de faire ce voyage retour par les autorités algériennes pour des raisons sanitaires.

Ainsi, ces Algériens fatigués de vivre clandestinement en France ont choisi de rentrer en Algérie par une procédure de retour volontaire. Ils ont été empêchés d’accéder à leur souhait par les autorités algériennes, selon l'AFP, qui cite les services de l'immigration.

La même source indique que ces ressortissants algériens attendent toujours en France. Ils se sont rapprochés de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) ces dernières semaines pour bénéficier de ce « retour volontaire » ; une procédure qui permet à des sans-papiers de retourner dans leur pays d’origine en s’engageant à ne plus revenir en France. Avec cette procédure, les immigrés clandestin bénéficient de 650 euros, d'un billet d’avion réservé par la France et éventuellement d'une aide financière à la réinsertion dans leur pays.

Un problème qui n'est posé que par l'Algérie

Les services de l'immigration affirment que c'est la première fois qu'ils font face à une situation pareille. Didier Leschi, le directeur de l’OFII, a affirmé que « le problème c’est que ces Algériens, qui veulent rentrer et sollicitent le retour volontaire, sont empêchés de rentrer chez eux par l’Algérie, qui refuse de nous les reprendre. C’est le seul pays avec lequel on a ce problème ».  Ce responsable ajoute que les soucis existent seulement avec les autorités algériennes « avec lesquelles on n’arrive pas à avoir d’interlocuteur pour ces retours volontaires ». Il estime que cette situation plonge les ressortissants algériens en France « dans l’incompréhension, l’agressivité ; parce que c’est nous qui prenons les billets, ils pensent donc que nous essayons de les bloquer ».

À lire aussi :  Vols France-Algérie : Tassili Airlines lance une offre exclusive