Le groupe Cevital, dont le patron n'est autre que le richissime homme d'affaires Issad Rebrab, a réagi, le lundi 26 juillet 2021, aux critiques qui lui reprochent de ne pas avoir contribué financièrement dans la lutte contre le coronavirus en Algérie. Dans une mise au point, relayée par des sources médiatiques algériennes, le groupe Cevital a tenu à répondre à ces accusations.

À l'instar de plusieurs autres industriels et hommes d'affaires algériens, Issad Rebrab essuie ces quelques derniers jours de vives critiques sur les réseaux sociaux. On lui reproche notamment de ne pas avoir mis la main à la poche pour aider les malades atteints du Covid-19 et les structures sanitaires qui étouffent en cette crise sanitaire.

Le groupe basé à Béjaïa, en Kabylie, n'est pas resté de marbre face à ces accusations. Il a réagi en effet à travers son chargé de communication, Mouloud Ouali. Dans  son démenti ce responsable a affirmé que Cevital était toujours en avant garde quand il s'agit d'actions caritatives.

« Le groupe n’a jamais manqué et ne manquera jamais à son devoir », explique Cevital

En effet, le chargé de communication de groupe Cevital a souligné qu' « il n’est pas de notre usage que le groupe Cevital parle de ses actions caritatives. Il nous suffit de dire que le groupe n’a jamais manqué et ne manquera jamais à son devoir d’assistance en temps de crise ».

À lire aussi :  Soixante ans après l'indépendance, ces Algériens papis-portefeuilles

Ajoutant que « concernant la wilaya de Béjaïa, nous assurons que le groupe continuera à accompagner la région comme il le fait depuis des années. Nous sommes actuellement en contact avec les autorités de la wilaya et les établissements sanitaires afin de coordonner les opérations d’aide et fixer les priorités ».

Mouloud Ouali a souligné en outre que « s’agissant des initiatives caritatives récemment lancées par des investisseurs locaux dans la région, elles sont une source de fierté pour nous et nous espérons qu’elles se multiplieront dans toutes les régions d’Algérie afin que nous puissions vaincre cette épidémie dont nous souffrons tous ».