La pandémie du Covid-19 fait des ravages au sein de la population en Algérie. Les hôpitaux n'arrivent plus à faire face au nombre grandissant de personnes atteintes. Les lits de réanimation manquent, l’oxygène aussi. Le personnel médical se démène comme il peut. Malgré la fatigue et la surcharge, les médecins et infirmiers redoublent d’ingéniosité pour sauver des vie. C'est ce qui s'est passé le 25 juillet au CHU de Tizi-Ouzou. Le personnel médical a réussi à sauver des vies dans une opération digne d'un film d'Hollywood.

En effet, la journée du 25 juillet fut mouvementée. Les témoignages du personnel médical sont poignants. Tout a commencé en début d’après midi avec une pénurie d’oxygène au service Covid de l’hôpital de Tizi-Ouzou. Les malades commencent à suffoquer. Ils étaient 5 et risquaient de perdre la vie à tout moment. Le médecin présent sur place ne pouvant voir ses malades mourir, il est sorti du service dans un état second. Arrivé à la cour de l’hôpital, il s'effondre et fond en larmes ; sujet au désarroi et empli de colère. Un courroux qu'il s'empressa de déverser sur le directeur du CHU, de qui il réussit à obtenir quelques bouteilles d’oxygène.

Course contre la montre pour sauver des malades du Covid

Un sursis pour les malades en danger, certes, mais la situation ne s’améliorait guère. La décision est alors prise de transférer ses malades à la clinique de Draâ Ben Khedda. Mais comme l’oxygène se faisait encore plus rare, les ambulanciers devaient faire le trajet Tizi-Ouzou - DBK en moins de 15 minutes. Une véritable course contre la montre, nous a témoigné une infirmière encore sous l’émotion. L'équipe du service Covid s'est organisée pour transférer en premier les malades les plus jeunes, deux à deux.

À lire aussi :  Patrimoine : Les Français plus riches que les Américains et les Allemands

Arrivés à DBK, les malades ont été installés dans de bonnes conditions et sauvés in extremis d'une mort certaine. Malheureusement, parmi les malades, une vielle femmes, déjà dans le coma, a perdu la vie.

C'est là le quotidien du personnel de la Santé dans cette conjoncture très difficile. Le personnel hospitalier travaille sans relâche avec peu de moyens et surtout une désorganisation générale due au très grand nombre de malades reçus dans les structures hospitalières.