Après le Covid-19, la Tunisie fait face à une autre maladie qui menace ses citoyens. Il s'agit du mucormycose, appelé aussi « champignon noir », qui est une maladie liée au Covid-19 et qui a été détectée sur une patiente à l'hôpital Sahloul à Sousse.

La maladie du « champignon noir » fait son apparition en Tunisie. Dans la journée du samedi 31 juillet, le docteur Ramzi Moatemri a confirmé la contamination d'une femme âgée de 40 ans au niveau l’hôpital universitaire de Sahloul dans la ville de Sousse. Le praticien a indiqué que la patiente, originaire du gouvernorat de Kairouan, était atteinte de coronavirus, et souffrait de plusieurs maladies chroniques à l’instar du diabète et de l’insuffisance rénale.

Ramzi Moatemri a fait savoir que le corps médical a procédé à une opération sur la malade afin de nettoyer la zone infectée par ce champignon. « Nous avons procédé à une ablation de la zone nécrosée. Le traitement est complété par la prise d'un médicament », a-t-il indiqué à la radio local Jawhara FM.

Qu'est-ce que la mucormycose ou « champignon noir » ?

La mucormycose est une infection grave et rare provoquée par une famille de champignons microscopiques, appelés Mucorales. Elle affecte généralement les personnes immuno-déprimées. Elle est appelée « champignon noir » en raison des taches noires qui apparaissent sur le visage des personnes touchées. Très agressive, cette maladie dont le taux de mortalité dépasse les 50 % oblige les chirurgiens à procéder à l'ablation des yeux, du nez et de la mâchoire de certains patients pour éviter que l'infection n'atteigne le cerveau.

Il est à noter qu'il ne s'agit pas du premier cas de mucormycose qu'enregistre la Tunisie. « Nous avons traité près de 5 ou 6 cas depuis le début des années 2000 », a indiqué Dr Ramzi Moatemri qui a ajouté qu' « il ne s'agit pas d'une maladie contagieuse ».

D’après quelques scientifiques, le nombre de cas de cette maladie a augmenté à cause de l’utilisation de stéroïdes lors du traitement de malades contre le Coronavirus. En Inde, le ministre adjoint de la Santé Bharati Pravin Pawar a indiqué, le 20 juillet dernier, que le pays avait enregistré plus de 45'000 cas de « champignon noir » au cours des deux derniers mois. Plus de 4'200 Indiens sont décédés à cause de cette maladie, après leur rétablissement du Covid-19.