Après plus de deux années de détention provisoire, le général à la retraite Ali Ghediri est enfin fixé sur son procès. Le tribunal correctionnel chargé des affaires criminelles de Dar El Beida, à Alger, a programmé le procès de l'ancien candidat à l’élection présidentielle avortée d'avril 2019. 

Incarcéré depuis le 13 juin 2019, le général à la retraite Ali Ghediri est accusé d’ « atteinte au moral de l’Armée », après l’abandon en janvier dernier par la Cour suprême du chef d’inculpation de « réunion de documents et d’informations et leur mise à la disposition d’agent étranger ».  En février dernier, la demande de libération du général-major à la retraite a été rejetée par la chambre d’accusation près la Cour d’Alger, qui a renvoyé son dossier devant le tribunal correctionnel de Dar El Beida.

Le procès du général à la retraite  Ali Ghediri programmé

Le comité de soutien et la défense de l’ancien général n'a pas cessé de dénoncer une « injustice criante » dans l'affaire d'Ali Ghediri. Le 13 juin dernier, le général à la retraite a bouclé deux ans de détention provisoire. Dans ce sens, un rappel a été fait sur la page Facebook du Comité avec une photo du général sur laquelle est écrit : « L’oublié de la justice, Ali Ghediri, l’homme qui n’a pas le droit à un procès ». Après plus de deux ans d'attente, le procès du général Ali Ghediri est finalement programmé pour le 22 septembre prochain. 

« Une procédure longue pour un dossier vide » selon les avocats du général Ali Ghediri

En octobre 2020, des avocats du collectif de la défense du général à la retraite Ali Ghediri ont organisé une conférence de presse durant laquelle ils ont dénoncé « une procédure longue pour un dossier vide ». À cette occasion, Me Khaled Bourayou a déclaré que « s’il y a une justice indépendante, l’affaire de Ghediri n’a pas besoin de défense ». Dans cette affaire, « il y a un règlement de compte et  une volonté de punir Ali Ghediri », ajoute-t-il.

Les demandes de remise en liberté provisoire du général Ali Ghediri rejetées

Le collectif des avocats de la défense, a introduit plusieurs demandes de liberté provisoire pour le général Ali Ghediri. Toutes ont été rejetées par la justice. La dernière en date remonte au mois de février. La chambre d’accusation de la Cour d’Alger a rejeté le 21 février, la demande de remise en liberté provisoire du général à la retraite Ali Ghediri introduite par ses avocats.

Le général à la retraite Ali Ghediri avait a dénoncé sa détention « arbitraire »

Dans une lettre adressée fin avril dernier à l’opinion publique depuis la prison de Koléa, dans la wilaya de Tipaza où il est détenu, Ali Ghediri avait dénoncé sa détention « arbitraire ». Dans une seconde lettre diffusée en juillet 2020, Ali Ghediri avait qualifié sa détention de « confinement politique » et une « mise à l’écart » en raison de sa décision de se présenter à l’élection présidentielle de 2019.