La course à la candidature pour la prochaine présidentielle en France s’annonce très chaude. De la Gauche à la Droite en passant par le Centre, les annonces de candidats se multiplient ces derniers jours. Toutefois, les électeurs français auront également à découvrir une candidature inédite à l’occasion de ce scrutin. En effet, les Harkis souhaitent présenter un candidat à l'élection présidentielle de 2022, qui défendra leurs valeurs.

À force de promesses non tenues à leur égard par les dirigeants de la France, comme ils ne cessent de le dénoncer depuis des décennies, les Harkis ont décidé d'organiser une réunion le 4 septembre à Bias, dans le Lot-et-Garonne, afin de présenter leur candidat à la présidence de la République de 2022, un candidat qui portera leurs valeurs.

Les Harkis veulent peser sur le prochain scrutin présidentiel en France

À chaque élection présidentielle en France, les Harkis s’emploient à peser sur le scrutin. Il y a 4 ans, ils avaient déjà organisé des primaires afin d’envisager une candidature qui aurait porté leurs revendications. Mais la communauté n’était pas allée au bout. Serait-ce la bonne, cette fois-ci ? À en croire Boaza Gasmi, président du Comité national de liaison des Harkis (CNLH), la réponse est oui.

Louisa Mameri, candidate des Harkis pour la présidentielle de 2022

Boaza Gasmi a appelé, dans un communiqué sur le site du CNLH, « tous les sympathisants et pas seulement les Harkis de Lot-et-Garonne, mais l'ensemble des rapatriés d'Algérie, à venir samedi 4 septembre à partir de 10 heures à la salle des fêtes de Bias afin de soutenir Louisa Mameri, la candidate désignée afin de concourir à l'élection présidentielle de 2022 ».

À lire aussi :  Entre Maroc et Sahara occidental : l'Espagne face à ses contradictions

Élue à Rouen, Louisa Mameri, descendante d’une famille de harkis algériens, est engagée depuis longtemps dans la défense de la mémoire harkie en France. Toutefois, si elle va au bout de sa démarche, à savoir devenir candidate officielle à la présidentielle de 2022, elle devra encore passer l’épreuve des parrainages pour briguer la magistrature suprême.