Le Haut commissariat à l'Amazighité (HCA) a réagi à l'exclusion de la langue amazighe de l'emploi du temps alternatif pour l'année scolaire 2021/2022, dans un communiqué publié le 29 août.

Dans son communiqué, le HCA demande au ministère algérien de l'Éducation nationale de surseoir à la directive du 14 août qui exclut tamazight de l'emploi du temps alternatif : « En réaction aux informations relayées sur les réseaux sociaux concernant la publication de la circulaire du ministère de l'Éducation nationale no. 1394 du 14 août en cours portant organisation exceptionnelle des élèves des trois paliers d'enseignement, y compris le volet enseignement de tamazight, et après avoir relevé une certaine ambiguïté dans la rédaction de ce document, le HCA a adressé une correspondance, classée urgente, à M. le ministre, dans laquelle il lui demande de surseoir à l'application du contenu de cette circulaire ou d'adresser une note explicative pour lever toute ambiguïté de son application par les directeurs des établissements de l'Éducation et de l'Enseignement des trois paliers ».

Le HCA rencontrera le ministre algérien de l'Éducation national

Le Haut commissariat à l'Amazighité a ajouté que « les deux parties ont convenu de tenir une rencontre de concertation dans les prochains jours pour examiner les voies de consécration d'un cadre de concertation permanent dans la sérénité et dans un esprit de dialogue constructif, en sus de la prise des mesures nécessaires pour poursuivre le renforcement et la consécration de l'enseignement de tamazight conformément aux engagements de l'État ».

À lire aussi :  France : Voici les meilleures villes étudiantes 2022

Le HCA explique que son courrier adressé au ministère vise à « s'informer des mesures prises dans le cadre des efforts de l'État visant à assurer une bonne rentrée scolaire et sociale ». Il a réaffirmé l'importance de « conjuguer les efforts, de resserrer les rangs et de faire valoir l'intérêt national ».

Le Haut commissariat à l'Amazighité a également a appelé à « lancer un partenariat responsable entre les deux établissements pour dessiner les contours d'une stratégie consensuelle dans le but de généraliser l'enseignement de tamazight, conformément aux dispositions de la Constitution ».