Le président de la JSK, Chérif Mellal s’est exprimé ce mardi 7 septembre 2021 sur l’affaire du registre de commerce de la SSPA/JSK. Dans une déclaration faite sur la page Facebook du club, Mellal a affirmé que ce registre retiré le même jour par Yazid Yarichen et consorts n’est pas valable.

Il a souligné que la procédure n’est pas conforme et n’est pas au-dessus de tout soupçon. « L’ordonnance qu’ils ont obtenue était pour récupérer un duplicata du registre de commerce dont nous détenons l’originale. Finalement, ils l’ont utilisé pour retirer un registre modifié », a fait remarquer Cherif Mellal.

Pour ce dernier le registre partagé mardi sur les réseaux sociaux n’est pas valable. Il explique : « ce registre qu’ils ont partagé aujourd’hui sur les réseaux sociaux n’est pas signé », a-t-il souligné. Cherif Mellal fait remarquer par ailleurs que le nom du même DG, à savoir Nassim Benabderrahmane, figure dans les deux sociétés.

« Il y a deux registres de la SSPA/JSK qui circulent »

La troisième anomalie signalée par le même orateur est le fait que Nassim Benabderrahmane a été installé directeur général de cette seconde société lors de la réunion tenue mars dernier sans que l'intéressé ne soit au courant et sans accord. « Nassim Benabderrahmane n’a même pas émargé sur la feuille de présence » lors de cette réunion, a tenu à préciser Cherif Mellal. « Il y a deux registres de la SSPA/JSK qui circulent », a-t-il encore dit. Et d’ajouter « nous, on a un registre original et conforme à la loi ».

Pour Cherif Mellal, c’est à la justice de statuer dans cette affaire. « Nous avons confiance en la justice algérienne. Nous avons un dossier solide à présenter et nous avons des arguments à faire valoir », a-t-il soutenu.

Cherif Mellal : « Personne ne peut m’évincer du siège de la JSK »

Cherif Mellal, qui est toujours confiant pour la suite de ce dossier estime qu’il est toujours le président de la JSK. « Nous, nous sommes sur place, on continuera notre travail. Personne ne peut m’évincer du siège de la JSK. Nous sommes des légalistes. Le reste, on le laisse aux autorités compétentes pour relever les anomalies utilisées par ces individus pour avoir ce registre et statuer dans cette affaire », conclut Cherif Mellal.