La situation financière de la compagnie aérienne publique Air Algérie a été au menu d’une réunion tenue jeudi 9 septembre 2021 au niveau du ministère des Transports entre les responsables de cette entreprise, à leur tête le directeur par intérim et le ministre Aissa Bekai et des cadres de ce département ministériel.

Selon les services du ministère des Transports, le directeur de la compagnie aérienne, Amine Mesraoua, a dressé un tableau de la situation de son entreprise sur les plans organique, opérationnelle et financier. Air Algérie a été durement impactée par la crise sanitaire qui dure depuis le mois de mars 2020, vu que qu’elle a été contrainte de limiter son activité. Le plan d’action d’Air Algérie après l’augmentation du nombre de vols survenue depuis le 28 août dernier a également été évoqué. Cette augmentation a allégé la pression sur l’entreprise.

Air Algérie a besoin d’une aide d’État en urgence

Cela dit, Air Algérie ne sort toujours pas la tête de l’eau. Les charges, qui ne peuvent pas être déminuées – telles la masse salariale, la maintenance des avions et les dépenses en devises – hypothèquent le développement de cette entreprise et menacent son avenir, explique la même source.

Pour les responsables de l’entreprise aérienne, des aides urgentes de l’Etat s’imposent préserver cet acquis. Répondants aux doléances des cadres d’Air Algérie, le ministre a promis d’œuvrer pour aider d’abord l’entreprise à récupérer son dû auprès du ministère des Finances, notamment celui des vols domestiques subventionnés par l’État.

Aissa Bekai a par ailleurs exhorté les responsables de la compagnie aérienne algérienne à faire de leur mieux pour développer encore davantage cette dernière afin de lui permettre à aller de l’avant. Il a en outre exprimé sa satisfaction concernant la création de filiales spécialisées, notamment dans le domaine de la maintenance.