C'est une décision pour le moins incompréhensible que celle prise par le ministère algérien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Des étudiants algériens en doctorat, dans plusieurs universités à l'étranger, ont vu leurs bourses d'études suspendues alors qu'ils n'ont pas encore achevé leur formation.

Un certain nombre de doctorants algériens dans les universités à l'étranger se sont plaints de la suspension par le ministère algérien de l'Enseignement supérieur de leurs bourses accordées par l’État. Ces étudiants affirment que cette décision intervient alors qu’ils n’ont pas encore terminé leur formation doctorale dans des universités étrangères comme la Grande-Bretagne.

Dans son édition de ce mercredi 15 septembre, le quotidien arabophone El Hiwar [Archive] a révélé que cette décision du ministère de l’Enseignement supérieur, de priver les étudiants algériens de leurs bourses à l’étranger, serait une forme de pression pour que ces derniers reviennent en Algérie.

Des doctorants algériens en Grande-Bretagne privés de leurs bourses d'études

Selon des déclarations de certains étudiants algériens en Grande-Bretagne, « le ministère a suspendu les bourses en mars dernier ». Des bourses sous forme d’allocations mensuelles accordées aux étudiants algériens à l'étranger en plus de la suspension du payement des frais de scolarité aux universités étrangères recevant ces étudiants, par le ministère, précise la même source.

À lire aussi :  Le Québec lance les inscriptions pour le recrutement des infirmiers algériens

Le ministère algérien veut contraindre ces étudiants boursiers à revenir au pays

Les étudiants concernés se sont plaints de la décision du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de les obliger à « retourner en Algérie avant l'obtention de leur doctorat et de continuer leur formation en Algérie, après avoir nommé un nouveau directeur de thèse ».

Selon une étudiante algérienne dans une université britannique « la promotion 2015-2016 est sur le point de terminer ses thèses - à la fin de l'année - mais la décision du ministère de suspendre les bourses, l'a déstabilisé et a rendu difficile la situation financière des étudiants à l'étranger ».

Les étudiants réfractaires menacés de poursuites judiciaires

La même étudiante a ajouté que la promotion 2016-2017, souffre du même problème, car selon elle : « les étudiants boursiers ne peuvent plus terminer leur doctorat et revenir avec un diplôme scientifique de Grande-Bretagne vers l’Algérie » en raison de la décision du ministère.

Selon la même source, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique menace les étudiants algériens dans ces universités en grande Bretagne, qui refuseraient de revenir en Algérie de « poursuites judiciaires ».